Écrire Demandez la libération d’un graffeur cubain

Danilo Maldonado Machado (également connu sous le pseudonyme d’« El Sexto ») a été transféré vers un nouveau centre de détention. Il est toujours détenu sans inculpation depuis son arrestation, le 26 novembre. Cet homme est un prisonnier d’opinion et il doit être libéré immédiatement et sans condition.

Le 14 décembre, Danilo Maldonado Machado (également connu sous le pseudonyme d’« El Sexto ») a été transféré vers la prison d’El Combinado del Este, une prison de sécurité maximale à la périphérie de La Havane, la capitale de Cuba. D’après ses proches, c’est la sixième fois qu’il est transféré entre des postes de police et des prisons depuis qu’il a été arrêté le 26 novembre. Les proches de Danilo Maldonado n’ont pas pu lui rendre visite à la prison d’El Combinado del Este, mais sa mère a déclaré à Amnesty International qu’elle lui avait parlé au téléphone le 15 décembre.

Danilo Maldonado avait été arrêté à son domicile, à La Havane, dans la matinée du 26 novembre, quelques heures après l’annonce de la mort de Fidel Castro. Le jour même, le journal 14 y medio, basé à Cuba, avait indiqué qu’il avait écrit les mots « Il est parti » (Se fue) sur un mur à La Havane.

Les proches de Danilo Maldonado ont déclaré à Amnesty International qu’il avait été maintenu en détention à l’isolement nu pendant plusieurs jours lorsqu’il était détenu à la prison de Valle Grande, où il était détenu avant d’être transféré vers El Combinado del Este. Amnesty International n’a pas pu accéder aux prisons cubaines depuis 1988. D’après la presse, El Combinado del Este est une prison de haute sécurité où sont généralement détenus des meurtriers et des prisonniers politiques punis pour leurs opinions politiques.

La famille de Danilo Maldonado a présenté une requête en habeas corpus demandant sa libération immédiate auprès du tribunal provincial de La Havane, afin de préserver ses droits individuels.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse