Écrire Des bombardements ont eu lieu près d’un territoire indigène dans le département du Choco

Lors d’opérations contre l’Armée de libération nationale (ELN), les forces de sécurité colombiennes ont procédé à des bombardements près de la réserve indigène wounaan de Chagpien Tordó, située dans la municipalité de Litoral de San Juan (département du Chocó), blessant une mineure. Les communautés voisines sont actuellement déplacées de force par peur que de nouvelles opérations menacent la population.

Le 30 janvier, l’unité de la Force Titan de l’armée nationale de Colombie a mené des opérations contre l’Armée de libération nationale (Ejército de Liberación Nacional, ELN) dans le département du Chocó et a bombardé des zones situées près de la réserve indigène wounaan de Chagpien Tordó. Le bombardement a blessé une jeune fille de 16 ans, qui a été transportée dans la municipalité de Buenaventura en raison de la gravité de ses blessures. Des informations provenant du bureau du médiateur du Chocó suggèrent que d’autres personnes ont pu être blessées ou tuées, mais les chiffres officiels n’ont pas encore été déterminés. Les peuples indigènes de Santa María Pangala et Estrella Pangala quittent leurs territoires en masse, mais sont confinés aux routes proches, par peur des affrontements continus entre les groupes armés et les forces de sécurité.

Amnesty International a reçu des informations selon lesquelles beaucoup d’habitants de la réserve indigène de Chagpién Tordó avaient été déplacés de force à deux reprises en 2017, en raison également d’affrontements entre l’armée, l’ELM et des groupes paramilitaires. L’Organisation nationale indigène de Colombie (Organización Nacional Indígena de Colombia, ONIC) a dénoncé ces deux déplacements forcés. À ce jour, l’État n’a pas encore pris de mesures pour veiller au respect du droit à la vie, à l’intégrité et à la sécurité de cette communauté.

L’attaque la plus récente contre des civils est une violation flagrante des normes du droit international humanitaire, telles que le principe selon lequel les parties d’un conflit armé doivent faire la distinction entre la population civile et les combattants.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.