Écrire Des camps dangereux pour les réfugié-e-s qui y vivaient ont été évacués

Les trois camps de réfugiés situés à Elliniko, dans la banlieue d’Athènes, ont été évacués le 2 juin. La plupart des réfugiés et des migrants qui se trouvaient encore sur ces sites ont été transférés par autobus dans d’autres camps. Les derniers jours avant l’évacuation, les habitants des camps d’Elliniko ont enfin été interrogés sur leur situation personnelle, mais on ne sait pas encore s’ils ont tous obtenu un hébergement adapté à leurs besoins à la suite de leur transfert. Le 2 juin, les trois camps d’Elliniko (Athènes) ont été totalement évacués, en présence de la police grecque. Les centaines de réfugiés et de migrants qui se trouvaient encore sur ces sites ont été transférés dans d’autres camps situés en dehors d’Athènes. Les trois camps sont désormais fermés. Avant l’évacuation, les autorités, avec l’aide de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ont lancé un processus d’enregistrement pour identifier les besoins individuels d’hébergement des personnes qui vivaient dans le camp. Selon les informations recueillies par Amnesty International, ces personnes ont dû répondre à des questions sur leur situation personnelle, par exemple sur la composition de leur famille, la durée de leur séjour en Grèce et leur état de santé. Elles ont ensuite été informées des services qui seraient disponibles à l’endroit où elles seraient transférées. Bien que ce processus ait été une étape bienvenue, avant son lancement, le ministère grec de la politique migratoire a ordonné à la majorité des ONG qui fournissaient des (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

LE COQ WALLON A DU PLOMB DANS L’AILE

Les milliers d’armes qui sont vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition