Écrire Des défenseurs des droits du travail toujours derrière les barreaux

En Chine, quatre défenseurs des droits du travail ont été arrêtés, pour des raisons qui seraient uniquement le résultat de leurs actions légitimes en faveur des droits des travailleurs dans la province du Guangdong, dans le sud-est de la Chine. Deux défenseurs des droits des travailleurs qui étaient en détention avec eux ont depuis été libérés.

Le 10 janvier,Zeng Feiyang, directeur du Centre des travailleurs de Panyu et l’un des défenseurs des droits des travailleurs les plus influents, ainsi que les militants Zhu Xiaomei et Meng Han, ont été inculpés de « rassemblement d’une foule en vue de troubler l’ordre public ». Le militant He Xiaobo a été inculpé de détournement de fonds. Ils étaient tous en détention depuis le 4 décembre, tout comme Deng Xiaoming et Peng Jiayong, qui ont été libérés le 10 janvier, et Tang Jian, dont on ne connaît ni le lieu de détention, ni le statut au regard de la loi.

Zeng Feiyang, Zhu Xiaomei et Meng Han sont détenus dans le Centre de détention n°1 de la ville de Guangzhou, tandis que He Xiaobo se trouve dans le Centre de détention du district de Nanhai, à Foshan. Aucun d’entre eux n’a pu consulter son avocat depuis son arrestation, ce qui constitue une violation de la législation chinoise.

L’arrestation et la détention de ces personnes s’inscrivent dans le cadre d’une répression visant le mouvement de défense des droits des travailleurs dans la province du Guangdong, sur fond de tensions sociales croissantes dans la région. Trente-trois autres militants ont été interrogés dans le cadre de cette répression, puis libérés. Les médias officiels semblent mener une campagne de dénigrement contre les militants. Plusieurs de ces médias les accusent d’inciter les travailleurs à entrer en grève et d’accepter des fonds d’organisations étrangères.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse