Écrire Des étudiants arrêtés après une manifestation

Huit étudiants et trois membres de la section estudiantine d’un parti politique sont détenus à Lucknow (Uttar Pradesh) depuis le 7 juin. Ces étudiants ont participé à une manifestation contre l’université de la ville et le Premier ministre de l’État : arborant des drapeaux noirs, ils ont tenté de faire barrage au convoi de ce dernier. Un tribunal local a refusé de les libérer sous caution.

Huit étudiants de l’université de Lucknow et des membres de la section estudiantine du Parti samajwadi « Chatra Sabha » – Mahendra Yadav, Vineet Kumar Kushwah et Ashok Kumar Prabhat – ont été arrêtés et placés en détention le 7 juin. Ils avaient participé à une manifestation contre les dépenses déraisonnables de l’université de Lucknow et la participation du Premier ministre de l’Uttar Pradesh à un événement organisé par l’établissement. Le Parti samajwadi « Chatra Sabha » affirme que l’administration de l’université avait refusé de débloquer des fonds pour des programmes pédagogiques alors qu’elle avait financé la promotion de la politique clivante du nouveau gouvernement arrivé par les urnes.

Les étudiants, qui arboraient des drapeaux noirs, se sont postés devant l’université et ont tenté de faire barrage au convoi du Premier ministre.
Ils sont accusés de plusieurs infractions, notamment de rassemblement illégal, d’émeute, d’agression ou de recours à la force à l’encontre d’un fonctionnaire, et d’intimidation. S’ils sont déclarés coupables, ils risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement. Le 10 juin, un tribunal local a refusé de les libérer sous caution, au motif que les infractions dont ils sont accusés sont graves. Ils ont été placés en détention provisoire jusqu’au 24 juin.

Satwant Singh, Nitin Raj, Pooja Shukla, Anil Kumar Yadav, Ankit Kumar Singh, Rakesh Kumar, Madhurya Singh et Apoorva Verma ont été exclus temporairement de l’université de Lucknow, où ils font leurs études.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

LE COQ WALLON A DU PLOMB DANS L’AILE

Les milliers d’armes qui sont vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition