Écrire Des mesures adaptées d’assistance et de reconstruction sont indispensables

Le 19 septembre, un séisme dévastateur a frappé le Mexique, faisant des centaines de morts et des milliers de sans-abris et affectant la fourniture de services essentiels en divers endroits. Les autorités mexicaines doivent veiller à ce que les efforts déployés en matière d’assistance et de reconstruction protègent les droits humains et n’aient pas un caractère discriminatoire.

Le 19 septembre, un séisme de magnitude 7,1 s’est produit au Mexique, touchant gravement de vastes zones dans le pays, en particulier la ville de Mexico et les États de Guerrero, de Mexico, de Morelos, d’Oaxaca et de Puebla. Plus de 300 personnes sont mortes et des milliers d’autres ont perdu leur foyer et leurs biens. Les autorités mexicaines ont mis en place des services de sauvetage et de soins d’urgence, avec la participation de personnel civil et militaire et le soutien de la communauté internationale.

À travers le pays, des Mexicains et des migrants ont contribué aux efforts extraordinaires déployés pour sauver des vies et venir en aide aux victimes.

Cependant, les jours qui ont suivi le tremblement de terre, des sources ont fait état d’une mauvaise coordination des pouvoirs publics, de réquisitions illégales de nourriture et d’autres produits de première nécessité destinés aux survivants, et de l’insuffisance de l’aide apportée dans de nombreuses zones dévastées, notamment dans les petites localités déshéritées. Selon les médias, des expertises préliminaires indiquent que certains des bâtiments qui se sont effondrés n’étaient pas aux normes.

Les dégâts provoqués par le tremblement de terre du 19 septembre sont venus s’ajouter aux dégradations causées le 7 septembre par un précédent séisme, d’une magnitude de 8,2, qui a affecté le sud du Mexique, notamment les États du Chiapas et d’Oaxaca. Ces deux séismes ont touché plus de 150 000 foyers et fait au moins 250 000 sans-abris. Des documents officiels relatifs à la propension aux risques et la prévention n’ont pas été rendus publics.

En 1985, un tremblement de terre de magnitude 8,1 a ravagé en grande partie la ville de Mexico, touchant les infrastructures de base et affectant notamment des hôpitaux, des écoles, des routes et des médias. Par la suite, des normes de construction plus strictes ont été adoptées. À la suite de l’effondrement de bâtiments publics, des défauts de construction inadmissibles et de graves cas de corruption ont été révélés. Aucune enquête officielle approfondie n’a été menée sur ces événements et les responsables sont restés impunis.

En vertu de la loi fédérale, un Atlas national des risques a été créé et les États et la ville de Mexico ont été appelés à mettre en place des mécanismes similaires. Néanmoins, ces informations, le plus souvent, n’ont pas été rendues publiques, alors qu’elles pouvaient permettre d’améliorer la qualité de l’aménagement urbain, la surveillance citoyenne de l’industrie du bâtiment et des mégaprojets de construction, ainsi que l’évaluation des politiques publiques. Le Mexique dispose d’une solide législation en matière d’accès à l’information, qui permettrait aux citoyens de consulter les atlas des risques.

Le 7 septembre 2017, un tremblement de terre de magnitude 8,2 a touché le sud du Mexique et l’Amérique centrale, faisant 100 morts, selon certaines estimations. Au Mexique, des milliers de bâtiments ont été détruits ou gravement endommagés.

J'agis

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS (en espagnol ou dans votre propre langue) :

 appelez les autorités à veiller à ce que les efforts de reconstruction et d’assistance respectent les droits humains et soient déployés de manière non discriminatoire, en tenant dûment compte des besoins culturels des personnes affectées et de leur sexe ;

 engagez-les à faire le nécessaire pour que des solutions de relogement sûres et adaptées soient mises de toute urgence à la disposition des personnes privées de foyer, ainsi qu’un accès aux services essentiels ;

 demandez-leur d’ordonner dans les meilleurs délais une enquête exhaustive et impartiale sur les allégations faisant état de bâtiments défectueux ou mal entretenus, y compris sur la responsabilité des fonctionnaires chargés de la délivrance des permis de construction et des contrôles en la matière ;

 priez-les de mettre à disposition les informations pertinentes sur la sécurité des localités, notamment l’Atlas des risques de la ville de Mexico et des documents similaires provenant d’autres États, et ce de manière accessible et en temps opportun.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse