Écrire Des militants détenus dans le cadre de la répression contre les défenseurs des droits du travail

Quatre défenseurs des droits du travail ont été placés en détention dans le cadre d’une répression coordonnée contre les organisations de défense des droits du travail dans la province du Guangdong, dans le sud-est de la Chine. On ignore où se trouvent quatre autres militants et plusieurs autres ont été interrogés. Ces mesures de répression interviennent sur fond de durcissement des tensions industrielles dans la région.

Le 4 décembre, Zeng Feiyang, directeur du Centre des travailleurs de Panyu et l’un des dirigeants les plus influents dans ce domaine, ainsi que la militante Zhu Xiaomei, ont été placés en détention dans le cadre d’une procédure pénale pour avoir « rassemblé une foule en vue de troubler l’ordre public » au centre de détention n° 1 de la ville de Guangzhou. Cette accusation est fréquemment utilisée pour éliminer les défenseurs des droits humains et les militants en Chine. Un autre défenseur des droits du travail, Deng Xiaoming, se trouve également détenu dans le cadre d’une procédure pénale au centre de détention n° 1 de la ville de Guangzhou. On ignore les accusations portées à son encontre. Le militant des droits du travail He Xiaobo a été placé en détention le même jour pour détournement présumé, au centre de détention du district de Nanhai, à Foshan. L’administration des centres de détention a empêché les avocats de rencontrer les détenus.

On ignore où se trouvent quatre autres défenseurs des droits du travail, Peng Jiayong, Meng Han, He Minghui et Tang Jian, laissant craindre qu’ils ne soient également détenus. Plusieurs autres militants ont aussi été interrogés, avant d’être relâchés.

Nous assistons à la plus grande répression contre le mouvement de défense des droits du travail dans le pays depuis des années, dans un contexte de tensions industrielles croissantes dans la province du Guangdong. De nombreuses usines de la région ont fermé ou ont été contraintes de se délocaliser, laissant derrière elles des travailleurs non payés, sans indemnité de licenciement, ni cotisations sociales. Cela a suscité de nombreuses manifestations et grèves au cours des derniers mois. Le Centre des travailleurs de Panyu est l’une des organisations qui vient en aide aux travailleurs en les formant à s’engager dans des négociations collectives, afin qu’ils soient en mesure de revendiquer le respect de leurs droits.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition