Écrire Des militants ont été arrêtés pour avoir commémoré la répression de Tiananmen.

Ding Yajun et Shi Tingfu, deux militants, ont été officiellement inculpés d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », pour avoir commémoré le 28e anniversaire de la répression de Tiananmen. Hu Jianguo, un autre militant ayant participé aux activités de commémoration, a disparu depuis le 27 juin 2017.
Ding Yajun a été placée en détention par la police à Pékin le 12 juin 2017 après avoir publié sur internet une photo prise le 4 juin 2017 sur laquelle elle posait avec d’autres pétitionnaires sur la place Tiananmen, à Pékin, afin de commémorer la répression de Tiananmen de 1989. Elle a été placée en détention au centre de détention du district de Xicheng, à Pékin, pendant un mois avant d’être transférée au centre de détention de la ville de Hegang, dans la province de Heilongjiang, où elle vit actuellement. Ding Yajun a été officiellement arrêtée le 12 juillet pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public » et sera jugée le 31 juillet 2017. Hu Jianguo, un pétitionnaire de Shanghai qui avait également participé à cette action photo, a disparu le 27 juin.
Shi Tingfu a été placé en détention le 5 juin 2017 parce qu’il était soupçonné d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». La veille, il avait prononcé un discours devant le monument commémoratif du massacre de Nanjing, vêtu d’un t-shirt portant l’inscription « N’oubliez pas le 4 juin ». Il a été arrêté officiellement le 4 juillet pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », et sa demande de remise en liberté sous caution a été rejetée par les autorités. Son avocat lui a rendu visite au centre de détention du district de Yuhuatai (Nanjing) quatre fois depuis le début de sa détention.
Les militants Li Xiaoling, Zhou Li, Li Xuehui, Quan Jianhu, Bu Yongzhu, Zhao Chunhong, Zhao Xin et Liang Yankui, qui avaient également été placés en détention en juin 2017 parce qu’ils étaient soupçonnés d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public » pour avoir commémoré la répression de Tiananmen, ont été « libérés sous caution » les 5 et 6 juillet 2017. D’après leurs amis, bien qu’aucune charge ne soit plus retenue contre eux, ils restent sous étroite surveillance.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.