Écrire Des militants ont été inculpés pour avoir participé à une manifestation pacifique

Cinq militants étudiants, un militant des droits fonciers et deux avocats spécialisés dans la défense des droits humains risquent d’être condamnés à six mois d’emprisonnement et de faire l’objet d’un procès inique devant un tribunal militaire de Khon Kaen, dans le nord-est de la Thaïlande. Ces étudiants avaient organisé un débat public sur la constitution de la Thaïlande, auquel les avocats spécialisés dans les droits humains ont participé.

Le 17 octobre, les militants étudiants Panupong Srithananuwat (également connu sous le nom de « Nice »), Chatmongkhon Jenchiawchan, Akhorn Sitputta, Narongrit Uppachan et un autre militant étudiant lié à la société étudiante Dao Din ; Natthapon Athann, un militant des droits fonciers ; et Duangthip Khanrit et Niranut Niamsap, deux membres de l’ONG Thai Lawyers for Human Rights (TLHR, avocats thaïs pour les droits humains), ont été inculpés devant le tribunal militaire de Khon Kaen pour avoir participé en 2016 à un débat public sur la constitution de la Thaïlande, qui n’était alors qu’à l’état de projet. Ils ont été inculpés au titre du décret 3/2558 du chef du Conseil national pour la paix et l’ordre (CNPO), qui comprend une interdiction des rassemblements politiques de cinq personnes ou plus. Les violations de cette disposition sont passibles de six mois d’emprisonnement et d’une amende de 10 000 bahts thaïlandais.

Le groupe avait participé à un événement intitulé « Parler pour la liberté : la Constitution et le peuple de l’Isaan », organisé le 31 juillet 2016 à l’université de Khon Kaen. Lors de cet événement, des débats ont eu lieu au sujet du projet de nouvelle constitution de la Thaïlande, qui a été adopté par le biais d’un référendum national le 7 août. Des militants et des universitaires ont également prononcé des discours, et des débats concernant le projet de constitution et le processus du référendum ont eu lieu. Avant qu’il ne débute, des responsables de l’Université de Khon Kaen avaient demandé aux organisateurs d’annuler l’événement. Les organisateurs ont décidé de le maintenir malgré l’impressionnant déploiement de policiers et de militaires en uniforme et en civil, qui les ont avertis qu’ils risquaient d’être poursuivis en justice si les activités prévues avaient lieu.

Duangthip Khanrit et Niranut Niamsap, les deux membres de TLHR, se sont rendus à l’événement en tant qu’observateurs, et n’ont pas participé directement aux activités. Ils portaient des badges affichant leur affiliation à TLHR et se sont eux-même identifiés comme observateurs auprès des policiers et militaires gradés présents.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition