Écrire Des mineurs palestiniens en détention administrative

Un Palestinien âgé de 16 ans, Abed al Rahman Awad Kmail, a été arrêté par les forces israéliennes le 4 février alors qu’il dormait. Il a été placé en détention administrative pour quatre mois et a passé son 17e anniversaire en prison.
Abed al Rahman Awad Kmail, qui habite à Qabatiya, une ville située au sud de Jénine (Cisjordanie), a été placé en détention administrative pour six mois le 11 février. Un juge militaire ayant réexaminé cet ordre a réduit la peine à quatre mois le 16 février. Abed al Rahman Awad Kmail a passé son 17e anniversaire en prison.
La détention administrative, qui permet de détenir des personnes pour une durée indéterminée sans inculpation ni procès, est de plus en plus utilisée contre des mineurs. Les ordres de détention prononcés par l’armée israélienne, principalement contre des Palestiniens, peuvent être renouvelés indéfiniment. La famille d’Abed al Rahman Awad Kmail a indiqué à Amnesty International qu’il avait été arrêté par les forces israéliennes le 4 février à 2 h du matin, alors qu’il dormait. Il a été détenu au poste de contrôle voisin de Jalamah pendant trois jours avant d’être transféré à la prison de Megiddo, dans le nord d’Israël. Abed al Rahman Awad Kmail affirme ne jamais avoir été interrogé et ne pas savoir pourquoi il est détenu.
Mohammed Ghaith, Fadi Abbasi et Kathem Sbeih, trois Palestiniens de 17 ans vivant à Jérusalem-Est qui ont été arrêtés en octobre 2015, ont été les premiers mineurs placés en détention administrative depuis près de quatre ans (voir l’AU 248/15, https://www.amnesty.org/fr/documents/mde15/2792/2015/fr/). Ils ont été libérés le 19 janvier, date d’échéance de leur ordre de détention. Depuis, au moins 13 autres mineurs ont été placés en détention administrative, dont 11 étaient toujours détenus au 26 avril. L’un d’eux – un Palestinien de 17 ans habitant à Yabad, dans le gouvernorat de Jénine – a été arrêté pendant son sommeil par des soldats israéliens qui ont enfoncé la porte de son domicile à 4 heures du matin le 2 mars. Il a déclaré qu’il avait été interrogé pendant 39 heures au centre de détention de Salem, en Cisjordanie occupée, pour des faits d’incitation à la violence sur les réseaux sociaux, qu’il nie avoir commis. Un ordre de détention administrative d’une durée de trois mois a été prononcé à son encontre le 14 mars et il est maintenant incarcéré à la prison de Megiddo.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.