Écrire Détention au secret d’un militant renvoyé de force

Les autorités ont annulé sans fournir aucun motif l’audience prévue en avril 2017 dans l’affaire concernant Dong Guangping. Inculpé de « subversion du pouvoir de l’État » et « franchissement illégal de la frontière », il est détenu au secret depuis qu’il a été renvoyé de force de Thaïlande en 2015. Il risque d’être victime d’actes de torture et d’être jugé dans le cadre d’un procès inique.

En violation du droit chinois et du droit international, Dong Guanping continue d’être privé du droit de consulter l’avocat de son choix. L’avocat nommé par le gouvernement, qui a remplacé en août 2016 celui que la famille de Dong Guangping avait engagé, a renoncé à cette affaire le 14 juillet 2017 en raison des difficultés à traiter le dossier. Il avait au départ transmis des informations à la famille concernant l’acte d’inculpation de Dong Guangping et la date fixée pour le procès, mais n’a fourni aucune autre mise à jour après que le gouvernement a annulé l’audience prévue en avril 2017.

L’avocat de Dong Guangping initialement engagé par sa famille s’est rendu une nouvelle fois au centre de détention de Chongqing le 24 juillet 2017. Le centre de détention, qui a rejeté plusieurs requêtes de l’avocat visant à rencontrer Dong Guangping, a déclaré que celui-ci assurerait sa propre défense lors du procès et se passerait des services d’un avocat. L’avocat a demandé à confirmer cela en personne avec Dong Guangping, mais sa requête ayant été refusée, cette affirmation n’a pas pu être vérifiée de manière indépendante. Comme les autorités ne reconnaissent pas la légitimité de l’avocat engagé par la famille, celui-ci n’a pas pu examiner l’acte d’inculpation ni aucun document présenté par le gouvernement contre Dong Guangping.

Alors qu’il avait obtenu le feu vert pour une réinstallation rapide, Dong Guangping a été renvoyé de force vers la Chine le 13 novembre 2015, cinq jours avant de quitter la Thaïlande pour un pays tiers. Dong Guangping est aujourd’hui détenu depuis plus de 20 mois et sa famille n’a toujours pas été directement informée de son lieu de détention, de son arrestation, de son inculpation ni des charges pesant sur lui. Sans pouvoir communiquer avec sa famille ni consulter l’avocat de son choix, Dong Guangping risque d’être torturé et risque un procès inique.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse