Écrire Deux défenseurs des droits humains en procès

Deux cofondateurs d’une organisation saoudienne de défense des droits humains sont jugés devant le tribunal antiterroriste pour des accusations liées à leur travail en faveur des droits humains. Leur prochaine audience est prévue pour le 27 décembre. S’ils sont emprisonnés, ils seront considérés comme des prisonniers d’opinion.

Le 30 octobre, Mohammed al Otaibi et Abdullah al Attawi, tous deux défenseurs des droits humains et cofondateurs de l’Union pour les droits de l’homme, une organisation saoudienne de défense des droits humains, ont comparu devant le Tribunal pénal spécial de Riyadh, la capitale. Les deux hommes ont été accusés, entre autres chefs d’accusation, d’avoir « participé à la création d’une organisation et annoncé de la création de cette dernière avant d’en avoir obtenu l’autorisation », d’avoir « divisé l’unité nationale, propagé le désordre et provoqué l’opinion publique par la préparation, la rédaction et la publication de déclarations portant préjudice à la réputation du Royaume et de ses institutions judiciaires et chargées de la sécurité », et d’avoir « publié des informations concernant leurs interrogatoires bien qu’ils se soient engagés par écrit à ne pas le faire ».

Mohammed al Otaibi a également été accusé d’avoir « publié et repris des tweets insultants envers le Royaume, le dirigeant et les pays arabes », d’avoir « monté des organisations internationales contre le Royaume », d’avoir « adopté le projet monarchique constitutionnel », d’avoir « accordé deux interviews aux médias » et d’avoir « incité le peuple à manifester ».
Mohammed al Otaibi, Abdullah al Attawi et deux autres hommes ont été convoqués pour être interrogés en avril 2013 après avoir officiellement informé les autorités de la création de l’Union pour les droits de l’homme et demandé une licence.

Le Bureau des enquêtes et des poursuites judiciaires a convoqué les quatre hommes pour les interroger et ils ont dû s’engager par écrit à dissoudre l’organisation. Cependant, le Bureau des enquêtes et des poursuites judiciaires a accusé Mohammed al Otaibi et Abdullah al Attawi d’avoir repris leurs activités militantes et a porté cette affaire les concernant devant le Tribunal pénal spécial, un tribunal antiterroriste créé pour traiter les infractions liées à la sécurité.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.