Écrire Deux enfants en détention illégale

Deux adolescents dans l’État de Jammu-et-Cachemire sont incarcérés au titre de la Loi relative à la sécurité publique de l’État de Jammu-et-Cachemire, qui interdit expressément de placer en détention toute personne âgée de moins de 18 ans. Cette loi relative à la détention administrative permet le maintien en détention sans inculpation ni jugement jusqu’à deux ans dans certains cas.

Rayees Ahmad Mir, qui est âgé de 16 ans, a été arrêté le 16 septembre dans le district de Baramulla selon la procédure pénale ordinaire parce qu’il aurait jeté des pierres sur les forces de sécurité. Deux jours plus tard, afin d’empêcher sa libération sous caution, un haut responsable a ordonné son placement en détention au titre de la Loi relative à la sécurité publique. L’ordonnance indiquait de façon erronée que Rayees Mir était âgé de 18 ans, et il a été transféré dans la prison centrale de Kot Bhalwal à Jammu, à quelque 300 kilomètres de chez lui.

La famille de Rayees Mir a contesté cette ordonnance devant la haute cour de Jammu-et-Cachemire, en présentant des documents prouvant qu’il n’était âgé que de 16 ans. Le 7 octobre, la cour a déclaré que Rayees Mir devait être traité conformément aux règles de la justice pour mineurs, compte tenu des éléments prouvant qu’il n’avait pas atteint l’âge de la majorité, et ordonné son transfert dans un centre d’accueil pour mineurs. Un responsable de la prison de Kot Bhalwal a indiqué le 19 octobre que les autorités de la prison n’avaient pas encore procédé au transfert de Rayees Mir, car elles n’avaient pas encore reçu une copie de la décision de justice.

Waheed Ahmed Gojree, également âgé de 16 ans, a été arrêté dans le district de Kupwara le 18 août, et placé en détention au poste de police. Selon ses proches, la police lui a d’abord dit qu’il serait libéré le lendemain, puis elle lui a annoncé qu’il était détenu au titre de la Loi relative à la sécurité publique. Il a d’abord été incarcéré dans la prison de Baramulla, puis dans la prison centrale de Kot Bhalwal, à Jammu, à environ 380 kilomètres de chez lui. Sa famille n’a pas encore reçu une copie de l’ordonnance de placement en détention, ni été officiellement informée des motifs de son incarcération, mais un responsable de la prison centrale a confirmé qu’il était détenu au titre de la Loi relative à la sécurité publique. Les autorités n’ont manifestement pas tenu compte de son âge lorsqu’elles ont pris l’ordonnance de placement en détention.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.