Écrire Deux journalistes inculpés

Deux journalistes détenus depuis plus de sept mois au Myanmar ont été officiellement inculpés pour des faits en lien avec leurs activités professionnelles pacifiques. Ils encourent 14 ans de prison. Ils doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Le 9 juillet, le tribunal du district nord de Yangon, la première ville du Myanmar, a officiellement inculpé Wa Lone et Kyaw Soe Oo, deux journalistes de Reuters, d’avoir enfreint l’article 3(1)(c) de la Loi de 1923 relative aux secrets d’État. Ces deux hommes sont maintenus en détention depuis leur arrestation, le 12 décembre 2017, juste après s’être vu remettre des documents officiels par des policiers qui les avaient invités à dîner dans le nord de Yangon ce soir-là. À l’époque, ils enquêtaient sur la répression brutale menée par l’armée dans l’État d’Arakan contre la minorité rohingya, qui a forcé plus de 700 000 personnes à fuir au Bangladesh. Ils ont été détenus au secret pendant deux semaines, sans pouvoir consulter d’avocat ni communiquer avec leurs proches.

En janvier, le tribunal du district nord de Yangon a commencé les audiences préliminaires visant à déterminer si ces deux journalistes devaient être inculpés au titre de la Loi relative aux secrets d’État. Cette loi prévoit jusqu’à 14 ans d’emprisonnement pour toute personne qui obtient, enregistre ou communique des documents ou des informations à caractère secret qui pourraient « nuire à la sûreté ou aux intérêts de l’État » ou « servir un ennemi » du Myanmar. Les audiences préliminaires suscitent de graves inquiétudes quant au respect des garanties d’une procédure régulière et à l’indépendance de la justice. En avril, un policier témoignant pour l’accusation a déclaré au tribunal que lui et ses collègues avaient reçu l’ordre d’un supérieur hiérarchique de « piéger » les journalistes, mais le juge a refusé de prononcer un non-lieu. Les deux hommes sont maintenus en détention à la prison d’Insein à Yangon. Leur procès doit s’ouvrir le 16 juillet.

La liberté de la presse au Myanmar diminue de manière inquiétante depuis deux ans, les journalistes et les autres professionnels des médias se heurtant à des restrictions liées à leur travail. Les activités des médias indépendants sont de plus en plus compromises. Ceux qui couvrent des sujets sensibles – en particulier les violations commises par l’armée, la situation de la minorité rohingya et l’intolérance religieuse – sont confrontés à des manœuvres d’intimidation et de harcèlement, et leurs journalistes sont parfois arrêtés, détenus, poursuivis et même emprisonnés.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !