Écrire Deux pasteurs Kachins portés disparus après avoir aidé des journalistes

Deux pasteurs membres de l’ethnie kachin, qui aidaient des journalistes à enquêter sur des violations des droits humains commises par des militaires dans le nord de l’État chan, ont disparu depuis le 24 décembre 2016. Ils ont été vus pour la dernière fois près d’un poste de l’armée dans la ville de Monekoe. On ignore encore ce qu’il est advenu d’eux et le lieu où ils se trouvent.

Dumdaw Nawng Lat, pasteur et ancien de sa communauté à Monekoe, une ville de la municipalité de Muse (nord de l’État chan), a été convoqué le 24 décembre 2016 à un poste de l’armée situé sur place, vraisemblablement pour discuter de l’arrestation d’un habitant. Lui et son neveu Langjaw Gam Seng, également pasteur à Monekoe, qui l’accompagnait, ont été vus pour la dernière fois près de ce poste militaire, appelé localement Byu Har Kone, vers 17 heures ce jour-là.

Des sources locales pensent qu’ils pourraient avoir été placés en détention par les autorités du Myanmar parce qu’ils ont participé à l’organisation d’une visite de journalistes à Monekoe à la fin novembre 2016. Cette visite comportait une étape à l’église qui, selon des organisations kachins, a été partiellement détruite par des frappes aériennes de l’armée du Myanmar à la suite de combats acharnés entre celle-ci et les Frères de l’Alliance du Nord, une nouvelle coalition de quatre groupes ethniques armés présents dans le nord du Myanmar. L’accès à cette région est extrêmement limité. Amnesty International craint que Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng n’aient été soumis à une disparition forcée.

Leur disparition a été signalée par des proches au poste de police de la municipalité de Muse le 4 janvier 2017, mais aucune information n’a été obtenue quant au sort des deux hommes et au lieu où ils se trouvent.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse