Écrire Deux prisonniers d’opinion et sept autres hommes toujours en prison

Deux prisonniers d’opinion sont toujours détenus arbitrairement à Dapaong, dans le nord du Togo. Le 6 juin, la cour d’appel de Kara a rejeté leur demande de libération sous caution. Sept autres hommes demeurent derrière les barreaux en raison de leur participation présumée à des manifestations organisées à Mango en novembre 2015 et avril 2016.
Les prisonniers d’opinion Adamou Moussa et Zékeria Namoro ont été arrêtés le 1er avril après avoir remis en cause la commémoration de l’indépendance du Togo et réclamé justice pour les personnes tuées, maltraitées ou détenues arbitrairement à la suite de manifestations contre un projet de réserve naturelle qui se sont déroulées à Mango en novembre 2015. Inculpés d’« incitation à commettre une infraction », ils sont à la prison de Dapaong. Ils nient pourtant avoir incité au boycott des célébrations. Le juge d’instruction s’est déclaré favorable à leur libération sous caution en mai car il estimait que les charges retenues contre eux n’étaient pas suffisamment graves pour justifier leur détention provisoire prolongée. Le procureur a interjeté appel et, le 6 juin, la cour d’appel de Kara a rejeté la demande de libération sous caution.
Sept autres hommes demeurent derrière les barreaux en raison de leur participation présumée à des manifestations organisées à Mango en novembre 2015 et avril 2016. Ils ont subi des mauvais traitements au moment de leur arrestation et ils ont été obligés de signer des déclarations qu’ils ne comprenaient pas.
Sept personnes ont été tuées au cours des manifestations de novembre 2015 du fait d’un recours arbitraire et excessif à la force et des personnes arrêtées à la suite de ce mouvement de protestation ont été torturées mais aucun des responsables présumés de ces agissements n’a été amené à rendre de comptes.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse