Écrire Egypte. L’audience en appel de manifestants repoussée

L’audience en appel du chirurgien Ahmed Mohamed Said et de quatre autres militants a été repoussée au 13 janvier prochain. Ces personnes ont été condamnées en décembre dernier à deux ans d’emprisonnement pour avoir manifesté.

Les militants Ahmed Mohamed Said, Mostafa Ibrahim Mohamed Ahmed, Karim Khaled Fathy, Mohamed Abdel Hamid et Gamila Seryel Dain comparaîtront en appel le 13 janvier 2016, date fixée le 30 décembre dernier par la cour d’appel d’Abdeen. Leur avocat a demandé plus de temps au tribunal afin de préparer la défense.

Ahmed Mohamed Said est actuellement détenu à la prison de sécurité maximale « Scorpion » dans le complexe pénitentiaire de Tora, au sud du Caire. Ses proches ont indiqué qu’il se trouvait dans une cellule surpeuplée et qu’il dormait à même le sol en béton, sans couverture ni vêtements chauds alors qu’il s’agit en ce moment de la période la plus froide en Égypte.
Ils ont confié à Amnesty International qu’il avait été transféré vers la prison de Tora après qu’ils ont déposé, le 29 décembre dernier, une plainte à son sujet auprès du procureur du district du Caire-Sud. Le ministère public doit encore enquêter sur les actes de torture que des agents des forces de sécurité auraient infligés à cet homme.
Ahmed Mohamed Said a mis un terme à sa grève de la faim mais d’après sa famille, il a perdu environ huit kilos depuis le début de sa détention.
Gamila Seryel Dain a été transférée vers la prison pour femmes de Qanater le 31 décembre dernier, comme l’ont confié ses proches à Amnesty International. Elle n’aurait reçu aucun vêtement chaud et serait très malheureuse séparée de ses deux enfants. Cette femme doit être jugée dans une autre affaire pour « manifestation sans autorisation », accusation forgée de toutes pièces.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse