Écrire Exécution en Virginie après le rejet d’un recours en grâce

Ricky Gray a été exécuté en Virginie dans la soirée du 18 janvier, le gouverneur ayant refusé de le gracier. Ricky Gray a été condamné à mort pour le meurtre de deux jeunes enfants lors d’un cambriolage en 2006 et à la réclusion à perpétuité pour celui de leurs parents.

Le 17 janvier, le gouverneur Terry McAuliffe a refusé d’accorder la grâce à Ricky Gray. Dans une déclaration, il a indiqué : « Le gouverneur est tenu de veiller à ce que les lois de la communauté d’États [qui rassemble le Kentucky, le Massachusetts, la Pennsylvanie et la Virginie] soient appliquées correctement, à moins que les circonstances n’exigent un sursis ou une commutation de peine. Après un examen et des délibérations approfondies, j’estime que ces circonstances ne sont pas présentes. Je continuerai de prier pour toutes les personnes et familles touchées par ces crimes tragiques et horribles. »

Par cette déclaration, le gouverneur a rejeté la demande de grâce signée par plus de 50 professionnels, travaillant dans les domaines de la santé mentale, de la prise en charge et de la défense des victimes de violences et d’abus sexuels, et de la prévention et du traitement des toxicomanies et des addictions. Les crimes concernés « sont horribles », ont-ils écrit, mais « il est également incontestable que Ricky Gray a été victime d’atroces violences sexuelles et physiques, dès le plus jeune âge et pendant toute son enfance, ce qui l’a conduit à la toxicomanie, à des addictions invalidantes et, pour finir, à un comportement criminel ».

En 2016, un psychologue clinicien a décrit les violences sexuelles et physiques ayant marqué l’enfance de Ricky Gray et a conclu que, celui-ci n’ayant jamais bénéficié d’aucune prise en charge thérapeutique, il continuait de souffrir d’un grave syndrome de stress post-traumatique à l’âge adulte. Sa consommation d’alcool et de drogues alors qu’il était encore très jeune a entraîné une toxicomanie qui est devenue son « seul moyen de supporter les expériences traumatisantes insurmontables qui ont marqué son enfance ».

Le 18 janvier, la Cour suprême a refusé d’intervenir au sujet d’un ultime appel contestant la procédure d’injection létale et Ricky Gray a été mis à mort. Il n’a pas fait de déclaration finale et son décès a été prononcé à 21h42, heure locale.

Deux exécutions ont eu lieu aux États-Unis depuis le début de l’année, ce qui porte à 1 444 le nombre de personnes auxquelles les autorités de ce pays ont ôté la vie depuis 1976, lorsque la Cour suprême des États-Unis a adopté de nouvelles lois permettant la reprise des exécutions. Les autorités de Virginie ont exécuté 112 de ces condamnés. Amnesty International s’oppose catégoriquement à la peine de mort, en toutes circonstances. À l’heure actuelle, 140 pays sont abolitionnistes en droit ou en pratique.

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.