Écrire Hospitalisation d’un membre de l’opposition détenu

Modeste Boukadia, un membre de l’opposition congolaise, a été hospitalisé pour la troisième fois parce qu’il a été blessé lors d’un passage à tabac par des surveillants pénitentiaires le 15 novembre 2016. Aucune enquête n’a été ouverte sur ces faits. Cet homme est incarcéré à la prison centrale de Pointe-Noire depuis plus d’un an.
Modeste Boukadia a été admis pour la troisième fois à la clinique Guenin le 24 janvier parce qu’il a été blessé lors d’un passage à tabac par des surveillants de la prison centrale de Pointe-Noire le 15 novembre 2016. Ces violences lui ont causé deux fractures des lombaires, une hypertension et un problème cardiaque.
Modeste Boukadia, président du parti d’opposition Cercle des démocrates et républicains du Congo (CRDC), a été arrêté par la police le 15 janvier 2016. Il a été interpellé à son arrivée à l’aéroport international Maya-Maya de Brazzaville parce que la chambre pénale de la cour d’appel de Pointe-Noire l’avait condamné par contumace en avril 2014 pour sa participation à l’organisation d’une manifestation pacifique. Une peine de 30 ans de travaux forcés a été prononcée à son encontre.
Aux termes de l’article 316 du Code de procédure pénale congolais, si une personne condamnée par contumace est arrêtée, sa peine est annulée et elle doit être rejugée ; c’est le cas de Modeste Boukadia. Après que cet homme a passé six mois en détention provisoire et s’est vu refuser une libération sous caution une fois, la chambre pénale de la cour d’appel de Pointe-Noire lui a finalement accordé une libération sous caution, assortie d’une assignation à résidence, le 20 juin 2016. Le ministère public a interjeté appel de la décision devant la Cour suprême. Cependant, elle l’a fait le 29 septembre 2016 alors que le droit congolais prévoit un délai maximal de 10 jours. Modeste Boukadia doit rester en prison jusqu’à ce qu’il soit statué définitivement sur cet appel.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.