Écrire Hossein Ronaghi Maleki entame une grève de la faim

Le blogueur iranien Hossein Ronaghi Maleki, prisonnier d’opinion, a entamé une grève de la faim le 26 mars pour protester contre le fait que l’administration pénitentiaire le prive des soins dont il a besoin. Son état de santé se détériore et les médecins ont déconseillé d’interrompre son traitement spécialisé, qu’il ne peut pas recevoir en prison.
Le blogueur iranien Hossein Ronaghi Maleki a entamé une grève de la faim le 26 mars pour protester contre son maintien en détention et contre le fait que les autorités pénitentiaires de la prison d’Evin l’empêchent de poursuivre son traitement. Il souffre de plusieurs pathologies, notamment d’une maladie rénale et de troubles gastro-intestinaux, vésicaux, cardiaques et thoraciques. Un seul de ses reins fonctionne, et il a besoin d’un suivi constant et de soins spécialisés réguliers à l’extérieur de la prison. Il se plaint également de douleurs dans le dos. Il a été conduit à l’hôpital de Téhéran les 5 et 9 mars pour des examens, dont une consultation avec un orthopédiste, mais a été ramené à la prison sans avoir reçu de soins adéquats. Il n’a pas été autorisé à se rendre à un rendez-vous à l’hôpital pour un IRM (Imagerie par résonance magnétique). Son état de santé se détériore depuis qu’il est incarcéré dans des conditions déplorables, sans structure médicale capable de lui prodiguer les soins nécessaires, et privé des soins spécialisés dont il a besoin en permanence. À tel point que même les médecins de la prison ont conseillé qu’il soit soigné à l’extérieur de la prison. Les parents de Hossein Ronaghi Maleki sont venus depuis leur ville natale de Malekan, près de Tabriz, dans la province de l’Azerbaïdjan oriental, afin de faire avancer son dossier auprès des autorités. Ils avaient notamment rendez-vous au bureau du procureur de Téhéran le 27 mars. Leurs multiples demandes d’aide sont restées jusqu’à présent sans réponse.
Hossein Ronaghi Maleki avait été interpellé le 13 décembre 2009 et condamné à 15 ans de prison à l’issue d’un procès inique, pour « appartenance au groupe internet Iran Proxy », « outrage au Guide suprême » et « propagande contre le régime », en raison d’articles qu’il avait publiés sur son blog. Après son arrestation, il a été placé pendant 13 mois à l’isolement à la Section 2A de la prison d’Evin, sous le contrôle des pasdaran (gardiens de la révolution). Il a déclaré avoir subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements au cours de cette période – il aurait notamment été roué de coups lors de ses interrogatoires, ce qui aurait contribué à ses divers problèmes de santé. Il a subi des pressions en vue de faire des « aveux » télévisés. Il a appris en juin 2015 que sa peine avait été ramenée à 13 ans.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir