Écrire Ibrahim Karimi condamné à une peine d’emprisonnement

Ibrahim Karimi a été condamné à deux ans et un mois d’emprisonnement pour plusieurs chefs, notamment « outrage public au roi », accusation qu’il nie. Cet homme est un prisonnier d’opinion. Il risque d’être expulsé immédiatement à l’issue de sa peine car il a été déchu de sa nationalité de façon arbitraire.

Ibrahim Karimi a été condamné le 31 mars à deux ans d’emprisonnement et une amende de 2 000 dinars bahreïnites (environ 4 700 euros) par la cinquième juridiction pénale inférieure de Manama, la capitale. Il était inculpé d’« incitation publique à la haine et au mépris contre le régime », « outrage public au roi » et « insulte publique envers l’Arabie saoudite et son roi » sur un compte Twitter (FreejKarimi) dont il assure ne pas être le propriétaire. Ibrahim Karimi a déclaré qu’il avait été contraint à « avouer » les prétendus messages qu’il aurait publiés avant de se rétracter à son procès et de nier toutes les charges liées à ce compte Twitter. Amnesty International estime qu’Ibrahim Karimi n’a été condamné que pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression et ne pense pas qu’il ait utilisé ni prôné la violence. Cet homme est un prisonnier d’opinion.

Ibrahim Karimi a aussi été condamné à un mois de prison et une amende de 100 dinars bahreïnites (environ 230 euros) pour « possession d’un appareil administrant des décharges électriques sans autorisation du ministère de l’Intérieur ». Il a été transféré à la prison de Jaw, dans le sud-est de Bahreïn, pour purger sa peine. Son avocat a interjeté appel des deux décisions et le procès en appel s’ouvrira le 4 mai.

Dans le cadre d’une autre affaire, la Cour d’appel siégeant à Manama a confirmé l’arrêté d’expulsion concernant Ibrahim Karimi le 8 mars. Le ministère de l’Intérieur lui avait retiré sa nationalité de façon arbitraire le 7 novembre 2012 au titre de l’article 10 (c) de la Loi relative à la citoyenneté parce qu’il avait « porté atteinte à la sûreté de l’État », faisant de lui un apatride puisqu’il n’a pas d’autre nationalité. Il risque d’être expulsé de Bahreïn immédiatement à l’issue de sa peine.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse