Écrire Il faut immédiatement libérer un prisonnier d’opinion kachin

Lahpai Gam a quitté l’hôpital, sa santé ayant connu une amélioration, et a été renvoyé dans une prison de l’État kachin. Cet homme est un prisonnier d’opinion ; il doit donc être libéré immédiatement et sans condition. Dans l’attente de cette libération, il doit bénéficier du traitement et des soins médicaux dont il a besoin.

Lahpai Gam a été renvoyé dans la prison de Myitkyina (État kachin, nord du Myanmar) le 20 avril 2017. En effet, ses saignements anaux s’étaient arrêtés et il a été décidé que sa santé s’était suffisamment améliorée. Hospitalisé depuis mars 2017 en raison de ces saignements et de graves problèmes d’estomac, il a reçu plusieurs transfusions sanguines. Laphai Gam continue à souffrir de problèmes de santé, dont certains pourraient être dus aux actes de torture qu’il a subis à l’époque de son arrestation, en 2012.

Lahpai Gam a été arrêté dans l’État kachin en juin 2012, en même temps que six autres personnes, par des militaires du Myanmar. Il travaillait alors comme gardien de vaches. Il a été détenu au secret pendant près d’un mois avant d’être transféré dans la prison de Myitkyina. Lahpai Gam a été torturé par des militaires pendant ses interrogatoires. Il a été roué de coups de barre de fer, on a exercé de fortes pressions sur ses genoux en faisant rouler une tige en bambou dessus, et il a été forcé à avoir des rapports sexuels avec un codétenu.

Lahpai Gam a été inculpé en 2012 d’appartenance à l’Armée pour l’indépendance kachin (KIA), au titre de l’article 17(1) de la Loi de 1908 relative aux associations illégales, et a fait l’objet de quatre inculpations au titre de la Loi de 1908 relative aux substances explosives. Il a été condamné, au total, à 20 ans de réclusion. Cependant, faute de preuves, la Cour suprême a annulé sa déclaration de culpabilité au titre de la Loi relative aux associations illégales ainsi que deux autres au titre de la Loi relative aux substances explosives.

Les deux chefs d’accusation restants au titre de la Loi relative aux substances explosives, liés à l’installation d’explosifs à proximité de plusieurs ponts dans l’État kachin, ont été maintenus sur la base d’une lettre d’aveux datée de la période pendant laquelle il a été torturé et détenu au secret. Lahpai Gam a été condamné à huit ans d’emprisonnement pour ces charges.

Cependant, selon certaines sources, il assure qu’il est un simple fermier, qu’il n’est pas membre de l’Armée pour l’indépendance kachin et qu’il n’a jamais signé de lettre d’aveux, ni installé ces explosifs.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse