Écrire Il faut mettre fin au harcèlement des défenseurs des droits des populations indigène

Cinq défenseurs indigènes des droits humains (Orang Asli) et deux journalistes ont été détenus arbitrairement par le Département des Forêts le 23 janvier, à la suite de manifestations pacifiques contre les permis d’exploitation forestière délivrés par les autorités locales. Ils ont tous été libérés, mais on craint que la répression continue.
Le 23 janvier, cinq défenseurs des droits humains du groupe des Temiar (une population Orang Asli) de l’État de Kelantan, dans le nord de la Malaisie, ont été arrêtés arbitrairement à un barrage qu’ils avaient mis en place pour protéger leurs terres ancestrales et leurs ressources naturelles, qui sont, d’après eux, menacées par les permis d’exploitation forestière délivrés par le gouvernement de l’État de Kelantan. Le 24 janvier, 16 autres militants des droits humains de la population Orang Asli et deux journalistes ont été placés en détention.
Les défenseurs des droits humains ont été arrêtés par des représentants du Département des Forêts. Au titre de la loi malaisienne, les représentants du Département des Forêts ont le pouvoir de procéder à des arrestations. Toutefois, il existe des raisons de penser que l’arrestation et la détention de ces personnes représentent un abus de pouvoir, car elles visent des militants des droits humains qui ne faisaient que mener à bien leurs activités. Les Orang Asli manifestent pacifiquement contre la décision du gouvernement de l’État de Kelantan d’accorder des permis d’exploitation forestière. Les autorités locales ont déclaré que les terres n’avaient pas été désignées comme une réserve pour cette population indigène. Les deux journalistes, l’un étant journaliste de télévision et l’autre caméraman, préparaient un documentaire sur la déforestation dans l’État du Kelantan, dans le nord-est de la Malaisie.
Les Orang Asli sont un groupe indigène de Malaisie péninsulaire et les autorités les ont déjà harcelés et intimidés par le passé. En novembre 2016, quarante-sept Orang Asli ont été placés en détention pendant deux jours après avoir participé à une manifestation pacifique contre la revendication de leurs terres ancestrales par le gouvernement. Les Orang Asli craignent que la répression ne continue en raison de leurs activités visant à défendre leurs liens spirituels avec leurs terres, qui sont d’après eux menacées par les permis d’exploitation forestière délivrés par les autorités.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.