Écrire Il faut qu’une dirigeante autochtone soit jugée équitablement

La dirigeante autochtone Relmu Ñamku va être jugée pour tentative d’homicide le 26 octobre parce qu’elle a blessé une policière en 2012, alors que sa communauté résistait pour ne pas être expulsée de ses terres ancestrales, situées dans la province argentine de Neuquén. Elle avait été inculpée initialement de coups et blessures. Elle risque un procès inique et encourt 15 ans de réclusion.
Relmu Ñamku, une dirigeante de la communauté autochtone mapuche de Winkul Newen va être jugée le 26 octobre pour tentative d’homicide. Deux autres membres de la communauté avaient été poursuivis en 2012 après s’être opposés à ce qu’une compagnie pétrolière réalisent des forages sur leurs terres. Une policière avait alors été blessée.
Le 28 décembre 2012, alors que des membres de la communauté de Winkul Newen assistaient à des obsèques mapuches (Eluwvn), la police est arrivée sur les terres ancestrales de Paraje Portezuelo Chico, dans la province de Neuquén, avec une ordonnance d’expulsion. De nombreux camions et bulldozers de la compagnie pétrolière Apache sont arrivés vers 15 heures et les conducteurs ont reçu l’ordre d’entrer sur le territoire de Winkul Newen. Des habitants ont lancé des pierres en direction des engins et une policière a été blessée.
À la suite de cet incident, Relmu Ñamku, Martín Maliqueo et Mauricio Raín, trois membres de la communauté autochtone, ont été inculpés de « coups et blessures ». Les faits reprochés à Relmu Ñamku ont ensuite été requalifiés en « tentative d’homicide aggravée ». Le ministère public n’a pas motivé ce changement. Si elle est reconnue coupable, Relmu Ñamku risque jusqu’à 15 ans de réclusion.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir