Écrire Il faut révéler ou se trouvent deux personnes qui ont disparu

Les artistes Seroe Fioletovoe et Viktoriya Miroschnitchenko ont disparu le 31 janvier après leur arrivée en « république populaire autoproclamée de Donetsk » (DNR), en Ukraine. Seroe Fioletovoe et Viktoriya Miroschnitchenko avaient prévu de participer à une action publique pacifiste. Les autorités de facto refusent de reconnaître leur détention et on craint pour leur sécurité.
Seroe Fioletovoe (nom apparaissant sur son passeport : Oleg Vassilyev) et Viktoriya Miroschnitchenko, deux artistes russes militant pour les droits, avaient prévu de se rendre à Donetsk, ville de l’est de l’Ukraine actuellement contrôlée par des séparatistes pro-russes, pour participer à une action publique pacifiste.
Il est très risqué de se rendre en « république populaire autoproclamée de Donetsk », particulièrement pour les militants, et il avait donc été convenu que Seroe Fioletovoe et Viktoriya Miroschnitchenko resteraient en contact régulier avec une personne en Russie. D’après cette personne, Seroe Fioletovoe a pris contact pour la dernière fois par téléphone le 31 janvier à 17 heures, quelques instants avant d’entrer sur le territoire contrôlé par les séparatistes avec Viktoriya Miroschnitchenko.
Depuis ce dernier appel, aucune information quant à leur sort et le lieu où ces deux personnes se trouvent n’a été révélée et on craint qu’elles ne soient soumises à une disparition forcée.
Les autorités de facto de Donetsk refusent de reconnaître la détention de Seroe Fioletovoe et Viktoriya Miroschnitchenko et n’ont divulgué aucune information quant à leur sort. Il est courant que le « ministère de la Sûreté de l’État » de la « république populaire autoproclamée de Donetsk » soumette des personnes soupçonnées de déloyauté envers la DNR ou d’activités subversives à une « détention administrative » au secret de 30 jours et qu’il prolonge ensuite cette détention.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse