Écrire Incursion paramilitaire dans une zone humanitaire

Un groupe de paramilitaires a pénétré dans la zone humanitaire de Nueva Esperanza en Dios, dans le bassin du fleuve Cacarica, dans le nord-ouest de la Colombie. Ils cherchaient plusieurs personnes qui d’après eux figurent sur une liste de personnes à abattre. L’augmentation de l’activité paramilitaire dans cette région met en danger les habitants de la zone humanitaire et les personnes qui les accompagnent.

Le matin du 12 février, huit paramilitaires armés habillés en noir, dont certains portaient une cagoule, ont pénétré dans la zone humanitaire afro-colombienne de Nueva Esperanza en Dios, dans la municipalité de Riosucio (département de Chocó). Des témoins affirment qu’un nombre indéterminé de paramilitaires sont également présents aux alentours de la zone humanitaire. D’après les habitants, les paramilitaires, qui appartiennent apparemment au groupe Autodefensas Gaitanistas de Colombia (AGC), ont fouillé chaque maison de la communauté, dont une utilisée par l’ONG Commission Justice et paix (Comisión Intereclesial de Justicia y Paz), qui accompagne la communauté. Ils cherchaient un groupe de personnes qui d’après eux seraient sur une liste de personnes à abattre et ont dit que s’ils ne les trouvaient pas, ils reviendraient le lendemain. Les paramilitaires sont partis au bout de quelques heures. Pendant qu’ils se trouvaient dans la zone humanitaire, les paramilitaires communiquaient entre eux par radio.

Le même jour, une troupe de soldats de l’armée est arrivée dans la zone humanitaire aux alentours de 17 heures. Les membres de la communauté leur ont demandé de rester en bordure de la zone humanitaire. Bien que les soldats soient actuellement aux abords de la zone humanitaire, la communauté a déclaré que l’armée quitterait le périmètre de la zone le 13 février. Les membres de la communauté affirment que c’est la première fois que des troupes de l’armée se trouvent dans la région depuis qu’on a commencé à rapporter il y a presque deux semaines une présence paramilitaire dans la région de Cacarica.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Un professeur de la VUB condamné à mort

Le Dr Ahmadreza Djalali, un citoyen iranien résidant en Suède et professeur invité à la VUB en Belgique, a été condamné à mort : demandez sa libération, signez la pétition !