Écrire Issa al Hamid risque d’être condamné à une longue peine d’emprisonnement

Issa al Hamid, défenseur des droits humains saoudien et membre fondateur de l’Association saoudienne des droits civils et politiques, risque d’être condamné à une longue peine d’emprisonnement par le Tribunal pénal spécial de Riyadh en raison de son militantisme pacifique en faveur des droits humains.

Le défenseur des droits humains, Issa al Hamid, est un membre fondateur de l’Association saoudienne des droits civils et politiques (ACPRA), une organisation de défense des droits humains indépendante. Il fait l’objet d’un procès devant le Tribunal pénal spécial de Riyadh et risque d’être condamné à une longue peine d’emprisonnement dès le 17 avril. De la même façon que les neuf autres membres fondateurs de l’ACPRA actuellement détenus en raison de leur militantisme pacifique en faveur des droits humains, Issa al Hamid a été inculpé entre autres de « diffamation envers le Conseil des hauts érudits religieux », « offense au pouvoir judiciaire », « participation à la création d’une organisation non autorisée » (à savoir l’ACPRA), « communication d’informations erronées à des organisations internationales en vue de nuire à l’image de l’État » et « infraction à l’article 6 de la Loi relative à la lutte contre la cybercriminalité ». Ces accusations sont liées à des déclarations publiées en ligne au nom de l’ACPRA à propos de diverses questions, notamment le « droit à la liberté de réunion pacifique » et « la répression menée par le ministère de l’Intérieur contre les familles de prisonniers politiques ».

Issa al Hamid avait dans un premier temps été convoqué pour un interrogatoire par le Bureau des enquêtes et des poursuites judiciaires en novembre 2013, puis a fait l’objet d’une enquête pendant plusieurs mois avant que son procès ne s’ouvre le 3 juillet 2014 devant le Tribunal pénal spécial de Riyadh, la capitale de l’Arabie saoudite. Issa al Hamid n’a pas été autorisé à consulter un avocat et a été victime de mauvais traitements au cours de l’enquête.

Les frères d’Issa al Hamid, Abdullah al Hamid et Abdulrahman al Hamid, également membres fondateurs de l’ACPRA, ont été condamnés à de longues peines d’emprisonnement en mars 2013 et octobre 2015 respectivement, en raison de leur militantisme pacifique en faveur des droits humains.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.