Écrire Kenneth Williams a été exécuté dans l’Arkansas

Kenneth Williams a été exécuté dans l’Arkansas le 27 avril pour un meurtre commis au cours d’une évasion de prison en 1999. Il est le quatrième prisonnier à être mis à mort dans l’Arkansas depuis le 20 avril, alors que cet État n’avait procédé à aucune exécution pendant plus de 10 ans.
En septembre 1999, Kenneth Williams, alors âgé de 20 ans, a été condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour un meurtre commis en 1998 à Pine Bluff, dans l’Arkansas. Le 3 octobre 1999, il s’est évadé. Dans l’après-midi de ce jour-là, Cecil Boren a été abattu à son domicile non loin de la prison et son camion a été volé. Le véhicule a été repéré le lendemain dans le Missouri et pris en chasse par des policiers. Pendant cette course-poursuite, le conducteur d’un autre camion, Michael Greenwood, a été tué lorsque les deux véhicules sont entrés en collision. Kenneth Williams a alors pris la fuite à pied, et s’est fait arrêter par les policiers. Il a été jugé et reconnu coupable en juin 2000 de meurtre passible de la peine capitale pour l’homicide de Cecil Boren. Le jury a voté en faveur de la peine de mort.
Les ultimes recours se sont avérés vains. L’exécution était à l’origine prévue le 27 avril à 19 heures, mais elle a été retardée le temps que la Cour suprême fédérale se prononce sur une éventuelle intervention. La Cour a refusé d’intervenir et l’exécution a bien eu lieu. Kenneth Williams a été déclaré mort à 23h05, environ 13 minutes après le début de l’injection létale et un peu moins d’une heure avant que l’ordre d’exécution n’expire.
Kenneth Williams est le quatrième prisonnier à être mis à mort dans l’Arkansas depuis le 20 avril. Au total, huit prisonniers devaient être exécutés sur une période de 11 jours, à partir du 17 avril. Les quatre autres ont bénéficié de sursis.
Le gouverneur Asa Hutchinson a publié une déclaration après l’exécution de Kenneth Williams, affirmant : « Le long chemin vers la justice a pris fin ce soir et l’Arkansas peut repenser à ces deux dernières semaines avec confiance dans le fait que le système de lois dans notre État a fonctionné. Il était nécessaire de mettre en œuvre la sanction du jury dans l’affaire Kenneth Williams. Sa culpabilité n’a jamais été mise en doute. » Il a déclaré : « Au cours des sept derniers jours, après des décennies d’attente », les familles des victimes de meurtres dans les affaires des prisonniers exécutés « ont enfin reçu la justice qui leur était promise et elles ont pu constater que notre système législatif a du sens ».
Ces quatre exécutions dans l’Arkansas ont eu lieu quelques mois après que les États-Unis ont enregistré leur plus faible taux annuel d’exécutions depuis 25 ans, tandis que la peine de mort poursuit son déclin dans le pays. Aujourd’hui, 141 pays sont abolitionnistes en droit ou en pratique.
Dix exécutions ont déjà eu lieu cette année aux États-Unis, ce qui porte à 1 452 le nombre de personnes auxquelles les autorités de ce pays ont ôté la vie depuis la reprise de cette pratique en 1977, après l’approbation de la nouvelle législation relative à la peine capitale par la Cour suprême fédérale en 1976. Les quatre exécutions dans l’Arkansas – les premières depuis 2005 – portent le nombre d’exécutions dans cet État à 31 depuis 1977. Amnesty International s’oppose catégoriquement à la peine de mort, en toutes circonstances et dans tous les pays.

J'agis

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes. Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées