Écrire La communauté de paix de San Jose de Apartado menacée par les activités de paramilitaires

Au cours des derniers mois, les activités des paramilitaires se sont accrues dans la communauté de paix de San José de Apartadó, dans le nord-ouest de la Colombie. Cela met gravement en danger les membres de cette communauté et les autres habitants de la région.

Au cours des derniers mois, de nombreux paramilitaires, dont certains étaient vêtus de treillis militaires et se présentaient comme appartenant au groupe paramilitaire Autodefensas Gaitanistas de Colombia, ont campé de façon intermittente dans la communauté de paix de San José de Apartadó.

Des membres de la communauté ont signalé que les paramilitaires les ont menacés et leur ont dit qu’ils allaient rester dans le secteur. Ils ont ajouté que les forces de sécurité étaient présentes dans le secteur et qu’elles ont dit à des membres de la communauté qu’elles sont au courant de la présence des paramilitaires, mais qu’elles n’allaient pas agir car la communauté ne ferait que perturber tout ce qu’elles pourraient entreprendre.

Le 11 octobre, des membres de la communauté de paix, accompagnés par des observateurs internationaux, se sont rendus au hameau d’Arenas Bajas pour secourir des familles appartenant à la communauté qui étaient bloquées chez elles à cause de l’arrivée de paramilitaires dans le secteur, le 8 octobre. Des gens ont demandé aux paramilitaires de partir, mais ces derniers ont refusé en disant qu’ils comptaient rester dans ce secteur. Des familles ont signalé que les paramilitaires avaient aussi détruit certaines de leurs récoltes.
Le 3 octobre, un groupe de paramilitaires a campé chez une des chefs de la communauté, Rubí Arteaga, dans le hameau de Mulato Medio. Ni Rubí Arteaga ni ses proches ne se trouvaient dans la maison à ce moment-là.

Selon des témoins, ce même groupe de paramilitaires se trouvait dans le hameau de La Hoz le 24 septembre. Les paramilitaires étaient rentrés dans plusieurs maisons du hameau et avaient roué de coups trois paysans. Ils ont dit aux paysans qu’ils avaient reçu l’ordre de tuer tous ceux qu’ils voulaient. Ils ont aussi dit qu’ils recherchaient plusieurs personnes, dont trois membres de la communauté de paix, et qu’ils allaient tuer trois ou quatre membres de la communauté pour montrer qui est le patron.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.