Écrire La condamnation d’une femme qui s’était plainte du bruit d’une mosquée a été confirmée

La Haute Cour a confirmé la peine d’emprisonnement de 18 mois prononcée contre Meliana, qui avait été déclarée coupable de blasphème pour s’être plainte du volume sonore du haut-parleur d’une mosquée locale. La préparation d’un appel devant la Cour suprême est en cours. Amnesty International considère cette femme comme une prisonnière d’opinion et demande donc sa libération immédiate et inconditionnelle.

La Haute Cour de la province de Sumatra-Nord (Indonésie) a confirmé la peine de 18 mois d’emprisonnement pour blasphème prononcée contre Meliana par le tribunal de première instance de Tanjung Balai. Les juges ont conclu le 25 octobre 2018 que cette peine d’emprisonnement servait la cause de la justice pour la société, malgré les critiques internationales concernant le soutien de la Haute Cour à l’utilisation répressive des lois relatives au blasphème par le tribunal de première instance dans le pays. L’avocat de Meliana, ainsi que des ONG nationales, préparent un pourvoi en cassation contre cette peine, qu’ils comptent déposer le plus vite possible à la Cour suprême indonésienne.

Meliana, une femme bouddhiste d’origine chinoise, a été accusée d’avoir « insulté l’islam » pour s’être plainte du volume sonore du haut-parleur d’une mosquée locale, à Tanjung Balai (province de Sumatra-Nord). Cette déclaration a été mal interprétée par beaucoup de personnes dans la ville, et elle a été accusée de s’opposer à l’appel à la prière (adzan) de la mosquée. Meliana a été déclarée coupable de blasphème par le tribunal de district de Medan, dans la province de Sumatra-Nord, le 21 août 2018.

Les lois sur le blasphème sont souvent utilisées pour museler les libertés d’expression et de religion en Indonésie, le pays contenant la plus grande population musulmane au monde. Meliana est la cinquième personne en Indonésie à être déclarée coupable de blasphème en 2018.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Belgique : Nouvelle famille détenue... inadmissible !

Les associations déplorent que la Belgique continue d’enfermer des enfants pour des raisons liées à la migration. Montrez votre indignation, signez la pétition