Écrire La cour suprême confirme la condamnation visant une militante

Kim Hye-young a perdu pour la deuxième fois son procès en appel : la Cour suprême de Corée du Sud a confirmé sa condamnation à deux ans de prison. Les autorités continuent de refuser qu’elle bénéficie de soins médicaux à l’extérieur de la prison pour les troubles mentaux dont elle souffre. Toutefois, son état de santé général s’est amélioré et elle doit être libérée en août 2017.
Kim Hye-young, une militante sud-coréenne, a été condamnée à deux ans d’emprisonnement pour avoir enfreint la Loi relative à la sécurité nationale en participant à une manifestation pacifique à Séoul le 29 janvier 2016. Kim Hye-young a interjeté deux appels de sa condamnation, mais la Cour suprême de Corée du Sud a confirmé le jugement le 13 octobre 2016. Ayant épuisé toutes ses voies de recours, Kim Hye-young va purger sa peine et devrait être libérée en août 2017, une fois sa peine de deux ans de prison purgée.
Kim Hye-young était atteinte d’un cancer de la thyroïde avant son arrestation et a développé des troubles mentaux pendant sa détention. Bien que le ministère de la Justice continue de refuser qu’elle bénéficie de soins médicaux à l’extérieur de la prison, ce qu’ont recommandé des spécialistes, l’état de santé de Kim Hye-young s’améliore et elle n’exprime plus le besoin pressant de bénéficier de ces soins.

J'agis

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du réseau Actions urgentes.
Un grand merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse