Écrire La détention d’un prisonnier d’opinion est prolongée

Le prisonnier d’opinion Mahmoud Hussein a déjà passé 711 jours en détention provisoire. Sa détention a de nouveau été prolongée de 45 jours supplémentaires le 6 janvier.

Un tribunal du Caire a décidé de prolonger la détention provisoire du prisonnier d’opinion Mahmoud Mohamed Ahmed Hussein, qui a eu 20 ans en détention la semaine dernière, de 45 jours supplémentaires, sans inculpation. Il a déjà passé 711 jours en prison, et cela porterait sa période de détention provisoire à 756 jours – excédant la période maximale de deux ans prévue par le droit égyptien.

La limite de détention précédant un procès pour des personnes soupçonnées d’infractions passibles de la réclusion à perpétuité ou de la peine de mort est en effet fixée à deux ans, aux termes de l’article 143 du Code de procédure pénale égyptien. Le 25 janvier, Mahmoud Hussein aura atteint ce seuil, et les autorités seront tenues de le libérer immédiatement.

Mahmoud Hussein a été arrêté par la police le 25 janvier 2014 dans un bus au Caire, alors qu’il rentrait chez lui, parce qu’il portait un T-shirt aux couleurs de l’« Action en faveur d’une nation sans torture » et une écharpe affichant le logo de la « Révolution du 25 janvier ». Il a été torturé afin de le pousser à « avouer » des infractions qu’il affirme n’avoir pas commises, et a été frappé en détention.

Mahmoud Hussein est accusé de charges forgées de toutes pièces, notamment d’appartenance à un groupe interdit, de détention d’armes et d’avoir reçu de l’argent en contrepartie de sa participation à une manifestation.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse