Écrire La peine d’emprisonnement d’un militant est réduite à 3 ans

La peine d’emprisonnement de cinq ans de Fadhel Abbas Mahdi Mohamed, militant politique et prisonnier d’opinion, a été ramenée à trois ans par la Haute Cour d’appel de Bahreïn le 26 octobre. Il a été déclaré coupable de « diffusion de fausses informations qui pourraient compromettre des opérations militaires de Bahreïn et de ses alliés et appel à la résistance ».
Le 26 octobre, la Haute Cour d’appel de la capitale de Bahreïn, Manama, a rendu sa décision dans l’affaire de Fadhel Abbas Mahdi Mohamed, ancien secrétaire général de l’Assemblée démocratique nationale unitaire, un parti d’opposition également connu sous le nom d’al Wahdawi. Le tribunal a ramené sa peine de cinq à trois ans de prison. Il est toujours en détention à la prison de Jaww, au sud de Manama.
Le 28 juin 2015, la Haute Cour criminelle de Manama avait condamné Fadhel Abbas à cinq ans de prison pour « diffusion de fausses informations qui pourraient compromettre des opérations militaires de Bahreïn et de ses alliés et appel à la résistance » après que son parti politique avait déclaré que les frappes aériennes menées par l’Arabie saoudite au Yémen constituaient une violation du droit international. La première audience de son procès en appel s’était déroulée en son absence le 11 octobre 2015 et les audiences ultérieures avaient été repoussées plusieurs fois.
Amnesty International pense que Fadhel Abbas a été condamné uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression sans utiliser ni prôner la violence.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !