Écrire La peine de huit ans de prison d’un militant chinois confirmée en appel

Le militant chinois de renom Wu Gan (plus connu sous son nom de plume Tufu, « Le Boucher ») risque toujours d’être soumis à la torture et à d’autres formes de mauvais traitements, le tribunal populaire supérieur de Tianjin ayant rejeté son appel et confirmé sa condamnation à huit ans d’emprisonnement pour subversion du pouvoir de l’État.

Le tribunal populaire supérieur de Tianjin a rejeté l’appel formé par Wu Gan et confirmé sa condamnation à huit ans d’emprisonnement lors de l’audience qui s’est tenue le 17 avril 2018. Le résultat de ce recours en appel a été annoncé au moyen d’une notification d’une ligne publiée sur le site officiel du tribunal. D’après les informations reçues, les avocats de Wu Gan étaient soumis à d’intenses pressions et ils n’ont pas répondu directement aux questions portant sur le procès de Wu Gan. Selon son avocat, Wu Gan a été condamné à une lourde peine par rapport à d’autres militants, parce qu’il a refusé de plaider coupable. Dans une déclaration publiée après son premier procès, qui a eu lieu en décembre 2017, Wu Gan a donné les noms de 13 fonctionnaires qui l’auraient torturé pendant sa détention. Il risque toujours d’être torturé et de subir d’autres mauvais traitements.

On ignore si le père de Wu Gan, Xu Xiaoshun, a assisté au procès de Wu Gan le 17 avril. On ignore où Xu Xiaoshun se trouve actuellement. Le 16 avril, Xu Xiaoshun a dit à un journaliste que les autorités l’avaient emmené le 8 avril alors qu’il se rendait à l’hôpital pour y être soigné, ayant été blessé dans un accident de la circulation. Il a été enfermé dans un hôtel à Guilin, dans la région autonome du Guangxi Zhuang. Lors de la conversation téléphonique, quelqu’un a crié « raccroche », et la ligne a été coupée.

Wu Gan a été condamné à huit ans d’emprisonnement et privé de ses droits politiques pour cinq années supplémentaires pour « subversion du pouvoir de l’État » par le tribunal populaire intermédiaire n° 2 de Tianjin, le 26 décembre 2017. Peu après sa condamnation, Wu Gan a publié une déclaration dans laquelle il affirmait avoir rejeté la requête des autorités qui lui demandaient de plaider coupable en échange d’une sentence plus clémente.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.