Écrire La santé d’un couple en détention s’aggrave de manière significative

Ola al Qaradawy et son mari, Hossam Khalaf, ont été arrêtés sur la base d’accusations infondées et sont détenus dans des conditions déplorables. Hossam Khalaf a été transféré dans une cellule collective, mais Ola al Qaradawy est toujours détenue à l’isolement depuis son arrestation. Leur santé s’aggrave de manière significative et Hossam Khalaf est privé de soins.

Depuis le 3 juillet, Hossam Khalaf et sa femme, Ola al Qaradawy, sont détenus pour appartenance aux Frères musulmans, accusation infondée. Pour l’instant, les procureurs n’ont pas pu fournir de preuve justifiant leur détention, et le couple n’a pas pu contester dans les faits la légalité de leur détention. Les autorités pénitentiaires ont refusé que leurs avocats ou leurs proches leur rendent visite.

Depuis son arrestation, Ola al Qaradawy est détenue à l’isolement dans la prison pour femmes d’Al Qanater (gouvernorat de Qalyubiya) dans une cellule de 160 cm sur 180 cm, sans lit ni toilettes et dont la ventilation et l’éclairage sont insuffisants. On ne lui donne que cinq minutes chaque matin pour utiliser des toilettes extérieures. Elle se retrouve obligée de manger moins pour éviter d’avoir besoin d’aller aux toilettes. Des avocats qui ont vu Ola al Qaradawy le 5 novembre dans le bureau du service du parquet de la sûreté de l’État ont dit à Amnesty International qu’elle avait fait une grève de la faim pendant les quatre premiers jours de novembre pour protester contre sa détention et ses conditions de détention déplorables.

Hossam Khalaf a été déplacé de la détention à l’isolement à une cellule collective. Il est détenu dans la prison de sécurité maximale n° 2 de Tora, au Caire, la capitale de l’Égypte. Cependant, il souffre des yeux depuis le début de sa détention et les autorités pénitentiaires continuent de rejeter ses demandes de passer des examens médicaux, que ce soit dans l’hôpital de la prison ou à ses frais dans un hôpital externe.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.