Écrire La santé d’un tatar de Crimée incarcéré toujours en danger

Le 3 juillet, un tribunal en Crimée sous occupation russe a rejeté l’appel d’Edem Bekirov demandant la révision de sa détention provisoire. Edem Bekirov, un Tatar de Crimée, est détenu depuis décembre 2018 dans des conditions qui ne sont pas adaptées à son handicap.

En outre, il est toujours privé des soins médicaux spécialisés dont il a besoin de toute urgence en raison de nombreuses affections et qui ne sont pas dispensés au centre de détention.

Edem Bekirov est membre de la minorité ethnique des Tatars de Crimée en Ukraine. Une partie de sa famille vit toujours sur la péninsule de Crimée, que la Russie a annexée et occupe depuis 2014. Le 12 décembre 2018, alors qu’Edem Bekirov rendait visite à sa mère et à des proches en Crimée, les forces de sécurité russes l’ont arrêté. Après son arrestation, il a été soumis à un traitement inhumain et dégradant, a été privé de soins médicaux, de nourriture et d’eau pendant deux jours, et a vu son droit à un procès équitable bafoué. Il a été accusé de possession et transfert d’explosifs et de munitions.

En Russie, les organes chargés de l’application des lois utilisent fréquemment ces accusations pour s’en prendre à des citoyens de manière arbitraire, particulièrement dans le cadre de poursuites motivées par des considérations politiques. Edem Bekirov continue de clamer son innocence.

Depuis le début de l’occupation et de l’annexion illégale de la Crimée par la Fédération de Russie en 2014, Amnesty International a dénoncé la persécution systématique de la communauté des Tatars de Crimée par les autorités russes (voir le rapport intitulé In the dark : The silencing of dissent).

L’Union européenne a évoqué publiquement le cas d’Edem Bekirov à plusieurs reprises.

Le 11 juin 2019, il a été signalé que la Cour européenne des droits de l’homme avait accordé des mesures provisoires en faveur d’Edem Bekirov, en vertu de l’article 39 de son Règlement, exhortant l’État russe à le transférer à l’hôpital en raison de la détérioration de son état de santé. Les mesures provisoires sont décidées par la Cour dans des circonstances exceptionnelles, pour prévenir des dommages graves et irréversibles ; bien qu’elles soient uniquement prévues dans le Règlement et non dans la Convention européenne des droits de l’homme, les États parties sont tenus de les respecter.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur,

Je vous adresse ce courrier pour vous faire part de mon inquiétude concernant la détérioration de l’état de santé d’Edem Bekirov, incarcéré au centre de détention (SIZO) de Simferopol depuis qu’il a été arrêté le 12 décembre 2018. Edem Bekirov souffre de diverses affections graves, notamment de diabète, d’une plaie ouverte sur sa jambe amputée et de problèmes cardiaques découlant d’une crise cardiaque, qui nécessitent des soins médicaux constants et spécialisés non dispensés au centre de détention. En outre, il est détenu dans des conditions inadaptées pour une personne souffrant de handicap et se retrouve privé d’un accès régulier à l’air frais et n’a qu’un accès limité aux toilettes et aux douches. Malgré cela, le 3 juillet, un tribunal a rejeté l’appel interjeté par Edem Bekirov pour réexaminer sa détention provisoire.

Le 19 juin, Edem Bekirov a été transféré temporairement à l’hôpital pour être examiné par un cardiologue et un endocrinologue. Son avocat estime que c’est un moyen pour la Russie de se conformer à la décision de la Cour européenne des droits de l’homme qui a accordé des mesures provisoires en faveur d’Edem Bekirov, en raison de son état de santé. Son avocat, qui a contacté les médecins du centre de détention une fois son client rentré de l’hôpital, a signalé qu’il n’a pas été autorisé à voir les résultats réels de l’examen. Il a ajouté qu’Edem Bekirov a besoin d’être ausculté par un neurologue, un orthopédiste et un pneumologue afin d’effectuer une évaluation globale de son état de santé.

Les conditions dans lesquelles Edem Bekirov est détenu, notamment le fait qu’il soit privé des soins médicaux dont il a besoin, bafouent ses droits humains, mettent sa vie en danger et constituent un traitement inhumain et dégradant.

Je vous demande donc de :
  veiller de toute urgence à ce qu’Edem Bekirov bénéficie des soins dont il a besoin, y compris en étant transféré dans un hôpital hors du système pénitentiaire si ces soins ne sont pas dispensés dans ce cadre ;

  veiller à ce que son avocat puisse consulter le dossier médical de son client afin de connaître les véritables résultats des examens.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma haute considération,

LANGUE(S) À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : anglais et russe.
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !