Écrire La santé et la vie d’un dirigeant indigène de nouveau en danger

Le chef spirituel indigène mapuche Celestino Córdova, emprisonné depuis 2014 à Temuco, au centre du Chili, a repris une grève de la faim jeudi 31 mai, pour protester contre le refus des autorités de le laisser accéder à son autel de cérémonie.

Celestino Córdova est un chef spirituel du peuple indigène mapuche, enfermé dans un centre pénitentiaire à Temuco, au Chili, depuis sa condamnation en 2014 dans le cadre de l’affaire Luchsinger-Mackay. Celestino Córdova est un machi, plus haute autorité spirituelle traditionnelle du peuple mapuche.

Son rôle en tant que machi suppose qu’il se rende périodiquement à son rewe (autel de cérémonie) pour célébrer des cérémonies de renouveau, essentielles au bien-être psychique et physique des Mapuches. Toutefois, la Gendarmerie chilienne (les autorités carcérales) a refusé à plusieurs reprises ses demandes officielles pour un transfert de 48 heures vers son rewe, pour les cérémonies.

Le 31 mai, Celestino Córdova a entamé sa deuxième grève de la faim depuis le début de l’année 2018. Il avait mis fin à la précédente mi-avril, après quatre mois de tentative de négocier avec les autorités.

Dans le compte-rendu de sa visite au Chili de 2016, le Sous-Comité des Nations unies pour la prévention de la torture s’est déclaré préoccupé par le fait que les détenus mapuches sont privés de leur droit de pratiquer leurs croyances conformément à leur vision du monde, par exemple en utlisant des méthodes ancestrales pour soigner les maladies. Il a recommandé aux autorités chiliennes de respecter leurs traditions culturelles et leurs coutumes, dans le droit fil des normes internationales.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !