Écrire Le chef d’un parti d’opposition placé en détention et inculpé de trahison

Le chef du Parti uni pour le développement national (UPND), Hakainde Hichilema, a été arrêté le 10 avril. Il a été inculpé de trahison après avoir été accusé d’avoir bloqué le cortège du président zambien alors que celui-ci se rendait à une cérémonie traditionnelle dans la province de l’Ouest, le 8 avril. En Zambie, la trahison est une infraction non susceptible de libération sous caution et passible de la peine de mort. Hakainde Hichilema est détenu au camp de Lilayi, un camp d’entraînement de la police, à la périphérie de Lusaka.
Le lundi 10 avril, des policiers puissamment armés ont fait une descente au domicile du président de l’UPND, Hakainde Hichilema, à Lusaka, en Zambie. La police a coupé l’électricité du bâtiment, bloqué l’accès aux routes principales, cassé les portes et projeté du gaz lacrymogène à l’intérieur de la maison. Hakainde Hichiliema était chez lui, avec sa famille, au moment de l’assaut. Sa femme, qui est asthmatique, a perdu connaissance à deux reprises pendant l’intervention.
Hakainde Hichilema a ensuite été emmené au camp de Lilayi, un camp d’entraînement de la police situé à la périphérie de Lusaka, où il est actuellement détenu. Il a été inculpé de trahison. Les autorités affirment que le président de l’UPND, alors qu’il se rendait, le 8 avril, à une cérémonie à Mongu (province de l’Ouest), accompagné d’un convoi de plus de 60 véhicules, a bloqué le cortège du président Edgar Lungu. Selon elles, le véhicule de Hakainde Hichilema n’a pas cédé le passage au cortège présidentiel. Cependant, des séquences vidéo montrent que chacun des deux convois est resté de son propre côté de la route, sans bloquer l’avancée de l’autre cortège.
Le 12 avril, Hakainde Hichilema a été inculpé, en vertu du Code pénal, de trahison, de désobéissance à des ordres légitimes, de manquement à une obligation prévue par la loi et d’outrage. En Zambie, la trahison est une infraction non susceptible de libération sous caution, passible au minimum d’une peine de 15 ans de réclusion et, dans le pire des cas, de la peine capitale.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.