Écrire Le fondateur d’un site internet arrêté pour « incitation à la subversion »

Liu Feiyue, fondateur et administrateur de Civil Rights and Livelihood Watch, site internet consacré aux droits humains et basé dans la province du Hubei, a été formellement arrêté pour « incitation à la subversion de l’État ». N’ayant pas accès à un avocat, il risque de subir des actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements.

Le 23 décembre 2016, le parquet de la ville de Suizhou a approuvé l’arrestation formelle de Liu Feiyue pour « incitation à la subversion de l’État ». La notification écrite indiquant où se trouve Liu Feiyue et les circonstances de son arrestation n’a été rendue publique que le 10 janvier, lorsque l’organisation pour les droits humains Chinese human rights defenders l’a publiée sur son site Internet. Liu Feiyue se trouve actuellement au Centre de détention de la ville de Suizhou, dans la province du Hubei.

Après l’annonce de l’arrestation formelle de Liu Feiyue, l’avocat de celui-ci a tenté plusieurs fois de lui rendre visite dans le centre de détention. Cependant, le personnel du centre a pour l’instant rejeté toutes ses demandes, sans donner aucune raison. Les proches de Liu Feiyue sont injoignables et, selon son avocat, la police leur a ordonné de ne divulguer aucune information concernant la situation dans laquelle se trouve Liu Feiyue. Le précédent avocat de Liu Feiyue avait également subi des pressions de la part des autorités et avait été forcé de mettre fin à sa participation à cette affaire.

On est sans nouvelles de Liu Feiyue depuis le 17 novembre, lorsqu’il a envoyé un SMS dans lequel il disait que des agents chargés de la Sûreté de l’État l’avaient emmené dans un village inconnu. Le lendemain, des agents de la Sécurité publique ont effectué une descente à son domicile et ont confisqué ses ordinateurs, des documents imprimés et d’autres effets personnels.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse