Écrire Le fondateur d’un site internet en détention pour « subversion

Liu Feiyue, fondateur et administrateur d’un site internet consacré aux droits humains « Civil Rights and Livelihood Watch » (http://www.msguancha.com) basé dans la province du Hubei, a été incarcéré pour subversion. S’il est reconnu coupable, il encourt la prison à perpétuité. Il ne peut pas consulter d’avocat ni contacter sa famille et risque d’être victime d’actes de torture ou d’autres mauvais traitements.
Un officier du bureau de la Sécurité publique de la ville de Suizhou, dans la province du Hubei, a déclaré à la famille de Liu Feiyue le 18 novembre que celui-ci avait été placé en détention car il était soupçonné de « subversion de l’État ». L’officier n’a pas fourni de notification écrite des circonstances qui ont mené à son incarcération, et il n’a pas révélé où Liu Feiyue était détenu.
On est sans nouvelles de Liu Feiyue depuis le 17 novembre, lorsqu’il a envoyé un SMS dans lequel il disait que des agents chargés de la Sûreté de l’État l’avaient emmené dans un village inconnu. Le lendemain, des agents de la Sécurité publique ont effectué une descente à son domicile et ont confisqué ses ordinateurs, des documents imprimés et d’autres effets personnels.
Ce n’est pas la première fois que Liu Feiyue est emmené pour des « voyages forcés », cependant, il avait jusque-là toujours été libéré au bout d’une semaine ou deux. Lorsqu’au bout de huit jours il n’a pas reparu, ses collègues et sa famille ont décidé de rendre sa détention publique le 25 novembre. Étant donné qu’il ne peut pas consulter l’avocat de son choix et que son lieu de détention est inconnu, Liu Feiyue risque d’être victime d’actes de torture et d’autres mauvais traitements. Selon le Code de procédure pénale chinois, le bureau de la Sécurité publique a 37 jours pour décider d’arrêter Liu Feiyue officiellement pour une infraction pénale, ou pour le libérer sans inculpation.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse