Écrire Le procès d’un défenseur des droits humains débute

Germain Rukuki, un défenseur des droits humains burundais, est poursuivi pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’État » et pour « rébellion » en raison de son travail de défense des droits humains. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion.

Germain Rukuki est président d’une association locale dénommée Njabutsa Tujane, employé de l’Association des juristes catholiques du Burundi et ancien membre de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-Burundi). L’ACAT-Burundi a été contrainte à la fermeture et radiée définitivement par le ministre de l’Intérieur en octobre 2016, à l’instar de plusieurs autres groupes indépendants de défense des droits humains. Elle était accusée de « ternir l’image du pays » et de « semer la haine et la division dans la population burundaise ».

Il a été arrêté le 13 juillet 2017 à Bujumbura, et se trouve en détention provisoire depuis lors. Il a été détenu et interrogé initialement par le Service national de renseignement (SNR) sans la présence d’un avocat. Le 26 juillet 2017, il a été transféré vers une prison de Ngozi. Le 1er août 2017, il a été inculpé officiellement d’« atteinte à la sûreté intérieure de l’État » et de « rébellion » en raison de sa collaboration avec l’ACAT-Burundi. Des courriels échangés à l’époque où l’ACAT-Burundi disposait de son agrément au Burundi ont été présentés comme preuves à charge contre lui.

La demande de libération provisoire de Germain Rukuki a été rejetée le 17 août 2017 et cette décision a été confirmée le 31 octobre 2017. Son procès s’est ouvert le 13 février 2018.

Amnesty International considère Germain Rukuki comme un prisonnier d’opinion car il a été incarcéré uniquement pour avoir exercé de manière pacifique ses droits fondamentaux.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition