Écrire Leopoldo López a été placé en « résidence surveillée »

Le 8 juillet, le prisonnier d’opinion vénézuélien Leopoldo López a été transféré de prison à son domicile, à Caracas, pour finir de purger sa peine en résidence surveillée. Le 8 juillet aux premières heures, les autorités vénézuéliennes ont transféré Leopoldo López de la prison militaire de Ramo Verde (à Los Teques, périphérie de Caracas) à son domicile, où il continuera de purger sa peine. Bien que Leopoldo López ne soit plus détenu à l’isolement de manière illégale et injustifiée, cet homme est toujours un prisonnier d’opinion purgeant une peine arbitraire en « résidence surveillée ». Leopoldo López, dirigeant du parti d’opposition Voluntad Popular (Volonté du peuple) s’était rendu de lui-même à la Garde nationale le 18 février 2014, à la suite d’une grande manifestation antigouvernementale qu’il avait organisée. Il était inculpé de terrorisme, de meurtre et de coups et blessures graves, d’incitation à la violence, de dégâts incendiaires sur des biens privés et d’association de malfaiteurs en vue de commettre des crimes. En août 2014, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire a estimé que la détention de Leopoldo López était arbitraire, et le haut-commissaire aux droits de l’homme a demandé aux autorités vénézuéliennes de le libérer sans délai. Le 10 septembre 2015, il a été condamné à 13 ans et neuf mois de réclusion pour conspiration, incendie volontaire, incitation à commettre une infraction et dégradation de biens publics. Le 13 août 2016, la Cour d’appel a confirmé ce jugement. Le 8 avril 2017, les (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !