Écrire Les dirigeants de la communauté indigène yaqui,...

Les dirigeants de la communauté indigène yaqui, Mario Luna et Fernando Jiménez, ont été libérés, un juge ayant statué que les preuves contre eux étaient insuffisantes. Ils ont passé un an en détention provisoire. Amnesty International a activement milité en leur faveur depuis leur arrestation. Mario Luna Romero et Fernando Jiménez Gutiérrez sont deux dirigeants de la communauté indigène yaqui de l’État de Sonora, dans le nord du Mexique. Ils ont été arrêtés en septembre 2014 et accusés d’avoir volé une voiture et temporairement enlevé un membre de la communauté ayant des liens avec le gouvernement de l’État. Les avocats de Mario Luna et Fernando Jiménez ont contesté les arrestations dès le début, affirmant que les éléments de preuve avaient été présentés de manière déformée et forgés de toutes pièces et qu’aucun des deux hommes n’était présent au moment des faits allégués, au milieu de l’année 2013. La communauté yaqui et un certain nombre d’ONG, dont Amnesty International, ont maintenu que les poursuites dont Mario Luna et Fernando Jiménez faisaient l’objet pourraient avoir été motivées par des considérations politiques. En effet, les deux hommes ont pris part à la campagne de la communauté yaqui revendiquant leur droit à la consultation et au consentement préalable, libre et informé dans le cadre de la construction d’un aqueduc réduisant les ressources en eau de la communauté. Mario Luna a déclaré à Amnesty International lors d’une récente rencontre : « Je tiens à vous remercier pour tous les efforts que vous avez chacun (...)

Action terminée

Farid et Issa, défenseurs Palestiniens en danger

Farid et Issa militent pour la non-violence et font face à d’incessantes menaces et agressions de la part de soldats et de colons israéliens. Aidez-les ! Signez notre pétition