Écrire Les personnes qui manifestent restent en danger

Les 9 et 10 juin, des milliers de Haïtiennes et de Haïtiens ont défilé à Port-au-Prince contre la corruption et la pauvreté, certains réclamant la démission du président de la République, Jovenel Moïse. Compte tenu des informations selon lesquelles la police a recouru à la force de manière excessive, et étant donné que les manifestations se poursuivent, Amnesty International appelle le président à garantir le droit à la liberté d’expression et de réunion, à diligenter des enquêtes sur les allégations de violations des droits humains et à veiller à ce que les responsables présumés de ces agissements soient traduits en justice.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.