Écrire Nouvelle charge contre des pasteurs kachins

Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng vont être jugés pour une nouvelle charge de diffamation parce qu’ils ont dénoncé dans les médias des violations des droits humains commises par l’armée birmane. S’ils sont déclarés coupables, ils encourent huit ans d’emprisonnement pour des charges qui, selon Amnesty International, sont sous-tendues par des considérations politiques. On craint pour leur santé.
Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng vont être jugés pour une nouvelle charge de « diffamation » en vertu de la section 500 du Code pénal birman, après qu’un colonel de l’armée a engagé une action en justice à leur encontre en février 2017. Cette charge est liée à une interview qu’ils ont accordée à un journal, dans laquelle ils dénonçaient des violations des droits humains commises par l’armée birmane pendant des combats dans la ville de Monekoe (nord de l’État chan) à la fin de 2016.
Les deux pasteurs ont été arrêtés le 24 décembre 2016 et inculpés en janvier 2017 de contacts avec une association illégale en vertu de l’article 17(1) de la Loi de 1908 relative aux associations illégales et de possession d’une moto non immatriculée en vertu de l’article 8 de la Loi de 2012 relative aux importations et aux exportations. S’ils sont déclarés coupables de toutes les charges retenues contre eux, ils encourent huit ans d’emprisonnement au total. Leur procès est en cours. Amnesty International est convaincue que les charges pesant sur eux sont sous-tendues par des considérations politiques, en ce qu’elles sont liées au rôle qu’ils ont joué dans une visite organisée fin novembre 2016 dans la ville de Monekoe pour montrer à des journalistes les destructions causées par des attaques aériennes imputées à l’armée birmane.
Ces hommes, actuellement détenus à la prison de Lashio (nord de l’État chan) ont été, semble-t-il, trop malades pour manger pendant cinq jours au début du mois de juillet 2017. Bien qu’ils s’alimentent de nouveau, on craint que leur état de santé ne se détériore pendant leur détention, en particulier dans le cas de Dumdaw Nawng Lat, qui a plus de 65 ans.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.