Écrire On craint qu’un journaliste ne soit détenu

On craint que le journaliste chinois disparu en Thaïlande le 11 janvier ne soit détenu dans son pays. Le 3 février, il a appelé sa compagne en lui disant qu’il était rentré de son « plein gré » afin d’apporter son aide dans le cadre d’une enquête mais elle pense qu’il y a été contraint.

On était sans nouvelles du journaliste Li Xin depuis le 11 janvier, date à laquelle il avait envoyé un SMS à sa compagne pour lui indiquer qu’il se rendait à la frontière entre la Thaïlande et le Laos. Le 2 février, celle-ci a reçu un appel du poste de police de Chengguan, la ville de Li Xin (province du Henan), l’informant qu’il lui téléphonerait le lendemain. Li Xin l’a effectivement appelée le 3 février en lui demandant de « mener une vie stable » et de « ne pas communiquer avec l’extérieur » et en lui assurant qu’il ferait « de [son] mieux pour rentrer dès que possible ». Il n’a pas révélé où il se trouvait.

Li Xin a fui la Chine en octobre 2015. Il s’est d’abord réfugié en Inde, où il a expliqué dans les médias que les services de sécurité chinois avaient exercé de fortes pressions sur lui afin qu’il leur fournisse des informations sur ses collègues et ses amis, en menaçant de l’emprisonner s’il n’acceptait pas. Il avait coopéré dans un premier temps mais n’avait pas voulu continuer. Selon lui, son refus le mettait en danger, ainsi que sa famille, et il avait donc décidé de quitter le pays. Sa compagne, restée en Chine, est enceinte et s’occupe de leur fils de deux ans. N’ayant pas obtenu l’asile en Inde, Li Xin est parti en Thaïlande, où il prévoyait de demander le statut de réfugié avant de s’installer ailleurs.

Comme Li Xin, d’autres dissidents ou membres de minorités ethniques ont été renvoyés de force en Chine par des pays d’Asie du Sud-Est.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.