Écrire On est sans nouvelles d’un ressortissant bahreïnite

Al Sayed Alawi Hussain al Alawi est détenu sans inculpation et privé d’avocat depuis son arrestation, en octobre 2016. Sa famille est sans nouvelles de lui depuis le 14 décembre 2016 ; elle ignore où il se trouve et s’il va bien. Amnesty International craint que cet homme ne subisse des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.
Al Sayed Alawi Hussain al Alawi est détenu sans inculpation depuis son arrestation, le 24 octobre 2016. Il n’a pas pu consulter d’avocat et n’a eu que de rares contacts avec sa famille. Les autorités lui ont permis de passer un deuxième appel téléphonique à ses proches le 14 décembre 2016. Après que ceux-ci lui ont demandé à plusieurs reprises où il se trouvait, il a répondu qu’il était à la Direction des enquêtes criminelles (CID). Lorsqu’ils ont demandé de quoi il était inculpé, l’appel a été coupé. Ils sont sans nouvelles depuis lors. Malgré les nombreuses requêtes adressées aux autorités et aux institutions chargées des droits humains, aucune information indiquant ce qu’il est advenu d’Al Sayed Alawi Hussain al Alawi et où il se trouve n’a été communiquée. Amnesty International craint que cet homme, étant privé d’avocat et n’ayant que des contacts téléphoniques presque inexistants avec sa famille, ne subisse des actes de torture et d’autres mauvais traitements, et estime que le refus de donner un quelconque renseignement sur son lieu de détention actuel pourrait s’apparenter à une disparition forcée.
La famille d’Al Sayed Alawi Hussain al Alawi continue de chercher des éléments qui indiqueraient où il se trouve et s’il va bien ; elle a tenté de multiples fois d’entrer en contact avec lui. Le 1er décembre 2016, sa femme a déposé une deuxième plainte auprès du médiateur car elle était sans nouvelles de la première, déposée le lendemain de l’arrestation de son mari. On lui a fait savoir qu’il n’y avait aucune trace de sa première plainte. Le 10 janvier, elle a reçu un appel du bureau du médiateur l’informant que sa plainte avait maintenant été transmise à l’Unité des enquêtes spéciales (SIU). Le 4 décembre 2016, des proches d’Al Sayed Alawi Hussain al Alawi sont retournés au ministère public afin de s’enquérir de la suite donnée à la demande de visite formulée le 10 novembre mais on leur a dit que leur lettre n’avait pas été examinée et on leur a demandé d’en envoyer une autre. On leur a également indiqué qu’Al Sayed Alawi Hussain al Alawi avait été emmené à la section antiterroriste du ministère public, sans préciser à quelle date ni pour quelles charges. Le 6 décembre, ils ont reçu un appel de la section antiterroriste ; il leur a été demandé les noms de six d’entre eux afin d’organiser une visite. Ils n’ont eu aucune information supplémentaire depuis lors. Amnesty International a également écrit au médiateur le 2 décembre 2016 et le 5 janvier 2017, ainsi qu’au procureur général et au ministre de l’Intérieur le 13 janvier 2017, mais n’a pas obtenu de réponse à ce jour.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.