Écrire On est sans nouvelles de deux membres du personnel de la minuss détenus

Anthony Nyero et James Lual, membres du personnel de la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (MINUSS), ont peut-être été victimes d’une disparition forcée orchestrée par le Service national de la sûreté (NSS). Leurs familles sont sans nouvelles d’eux depuis janvier 2016. Leur dernier lieu de détention connu est un centre du NSS situé à Djouba, au bord du Nil.

Anthony Nyero travaillait à la Section des affaires civiles de la MINUSS, à Torit. Il a été arrêté au vieux marché le 17 septembre 2014 dans la soirée par le NSS. Il a été emmené immédiatement à Djouba et placé en détention au centre situé au bord du Nil. En juin 2015, il a été transféré au siège du NSS, dans le quartier de Djebel. En janvier 2016, il a été reconduit au centre de détention.
James Lual est un agent de sécurité de la MINUSS. Il a été arrêté le 23 août 2014 à Wau par le NSS et emmené à Djouba le lendemain. Il a d’abord été placé en détention au centre situé au bord du Nil. Au début de 2015, il a été transféré au siège du NSS. En janvier 2016, il a été reconduit au centre de détention.

Anthony Nyero et James Lual ont subi tous les deux des actes de torture ou d’autres mauvais traitements pendant leur détention. Ils sont accusés de soutenir le Mouvement populaire de libération du Soudan-Opposition (MPLS-Opposition) ou d’entretenir des liens avec ce groupe mais n’ont été inculpés d’aucune infraction pénale ni déférés à un tribunal. On ignore ce qu’il est advenu d’eux et où ils se trouvent car, depuis janvier 2016, leurs familles sont privées de tout contact avec eux. Des représentants de la MINUSS ont été autorisés à leur rendre visite pour la dernière fois le 18 décembre 2015 et, malgré les nombreuses demandes adressées aux autorités, la MINUSS n’a pas obtenu d’informations sur leur lieu de détention ni sur les charges retenues contre eux.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nouveau décret : stop à la discrimination et la haine toujours présentes

Donald Trump fait preuve de sectarisme anti-musulmans présenté sous le prétexte de la sécurité. La haine n’assurera pas plus de sécurité. Signez notre pétition