Écrire Présence paramilitaire accrue dans une communauté de paix

Les habitants de plusieurs hameaux de la communauté de paix de San José de Apartadó et situés dans ses environs, dans le nord-ouest de la Colombie, continuent de signaler la présence de paramilitaires. La sécurité des membres de cette communauté de paix et des personnes qui vivent dans ses environs est gravement compromise.

Le 22 janvier, des paramilitaires se sont une fois de plus rendus au domicile de Reinaldo Areiza dans le hameau de La Esperanza, mais ce dernier ne se trouvait pas chez lui à ce moment-là. Les paramilitaires ont dit aux habitants de La Esperanza qu’ils ne laisseraient pas des « mouchards » (sapos) entrer dans le secteur, que ceux qui ne collaboraient pas avec eux devaient partir ou mourir, et qu’ils contrôlaient la région avec l’autorisation des forces de sécurité. Selon des témoins, les paramilitaires ont empêché une famille de sortir de chez elle, à La Esperanza, pendant plusieurs heures et ils lui ont montré une liste de personnes à abattre, sur laquelle figuraient des membres de la communauté de paix de San José de Apartadó.

Le 23 janvier, des témoins ont affirmé qu’un paramilitaire, accompagné de deux autres paramilitaires, a violé une jeune fille de 14 ans au domicile de celle-ci, dans le hameau de La Hoz, et l’a menacée de la tuer si elle dénonçait le viol. Ses parents n’appartiennent pas à la communauté de paix, mais d’autres de ses proches en sont membres. Le 27 janvier, des paramilitaires ont menacé Diana Guisao à son domicile, à Mulato Medio ; certains de ses proches appartiennent à la communauté de paix, Ils lui ont montré une liste de personnes à abattre, sur laquelle figuraient des membres de la communauté de paix. Le même jour, des paramilitaires sont entrés dans le « village de paix » (aldea de paz) de la communauté de paix, dans le hameau de Mulatos, commémoratif du massacre, commis en 2005, des membres de huit communautés de paix. Ils ont pris des photos des habitants et annoncé qu’ils allaient tuer tous les « mouchards ». Les paramilitaires sont de nouveau entrés dans le « village de paix » le 1er février et ont menacé de tuer des membres de la communauté de paix, puis une fois encore le 2 février, et ils ont alors retenu en captivité deux familles pendant plusieurs minutes et ils ont menacé de les tuer. Le 28 janvier, cinq paramilitaires sont entrés dans une propriété appartenant à la communauté de paix, à La Esperanza, et ils ont retenu en captivité deux membres de la communauté pendant plusieurs minutes. Le 31 janvier, des paramilitaires qui fréquentaient les hameaux de Mulatos et de Resbalosa sont entrés chez des paysans et leur ont volé des vêtements, des poulets et d’autres denrées.

Des observateurs internationaux qui se trouvent actuellement dans ce secteur ont été témoins de la présence de paramilitaires dans la communauté de paix et dans ses environs. Certains de ces paramilitaires portent un treillis militaire, une cagoule et ont un brassard du groupe paramilitaire Autodefensas Gaitanistas de Colombia (AGC).

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.