Écrire Prolongation de la détention administrative d’un employe d’ong

Un tribunal militaire israélien a renouvelé pour la troisième fois, pour trois mois, l’ordre de détention administrative d’Abdul Razeq Farraj, employé d’une ONG. Abdul Razeq Farraj est détenu par Israël sans inculpation ni jugement depuis 325 jours.
Le 10 avril, l’ordre de détention d’Abdul Razeq Farraj a été renouvelé pour la troisième fois pour une durée de trois mois, et doit maintenant expirer le 17 juillet. Abdul Razeq Farraj a été arrêté par des soldats israéliens le 21 mai 2017 vers 3 heures du matin à son domicile, à Ramallah, dans les territoires palestiniens occupés (TPO). Dans le courant de la journée, le commandant militaire de la Cisjordanie a émis contre lui un ordre de détention administrative d’une durée de quatre mois, sans qu’Abdul Razeq Faraj ait été interrogé auparavant. Initialement, cet ordre devait expirer le 20 septembre, mais il a été renouvelé à trois reprises depuis lors. Abdul Razeq Farraj est actuellement détenu dans la prison d’Ofer, près de la ville de Ramallah.
Abdul Razeq Farraj participe au boycott des tribunaux militaires israéliens actuellement suivi par des détenus administratifs palestiniens et leurs avocats, qui demandent à Israël de mettre fin à des dizaines d’années de recours à la détention administrative, régime autorisant la détention sans inculpation ni jugement sur la base d’ordres militaires indéfiniment renouvelables. Ce boycott, annoncé le 13 février ( http://cda.gov.ps/index.php/ar/ar-news/5025-2018-02-20-08-49-53 ), en est maintenant à son deuxième mois, et les autorités israéliennes confirment actuellement des ordres de détention administrative sans que les détenus concernés ni leurs avocats soient présents aux audiences judiciaires.
Abdul Razeq Farraj, 55 ans, a passé 10 ans de sa vie en détention administrative et 16 années au total dans des prisons israéliennes. De 1985 à 1991, il a purgé une peine de six ans d’emprisonnement prononcée par un tribunal israélien en raison de ses liens avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP, un parti politique de gauche doté d’une branche armée, interdit par Israël). Depuis sa libération, il a été arrêté à six reprises et placé à chaque fois en détention administrative. Au total, il a passé 120 mois (3 650 jours) en détention sans inculpation ni jugement.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers les personnes en quête de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !